Qui travaille 35 heures ?

Publié le par verel

Sous ce titre, Le Monde « décode » la situation du temps de travail en France ; Je doute qu’avec ce qui est écrit les lecteurs aient mieux compris qu’avant d’avoir lu où sont passées les 35 heures !Il est vrai que les manières diverses de compter semblent faites pour noyer le poisson !

Comme souvent, ce ne sont pas les indicateurs qui sont faux, c’est le détournement de l’utilisation qu’on en fait, souvent pour démontrer ce qui nous arrange. Les indicateurs ont été définis avec certaines règles : si on n’en tient pas compte, on peut très vite dire n’importe quoi !

Mais revenons au cœur du débat, à ce qui est monté en épingle par de bonnes âmes, le fait que d’après les mesures d’Eurostat, les français travaillent beaucoup plus que 35 heures par semaine.

Effectivement, la durée hebdomadaire n’a que peu baissé et pourtant il y a eu une véritable réduction

Mais dans la plupart des cas, celle-ci ne s’est pas réellement faite sur le durée hebdomadaire ! Dans beaucoup de cas, et de manière systématique pour les cadres dits au forfait jour, on a gardé le rythme collectif antérieur et individuellement les salariés bénéficient de jours dit de RTT, qu’ils placent le long de l’année, selon des modalités qui leur laissent plus ou moins de liberté de positionnement. Et donc quand les statisticiens regardent la durée hebdomadaire, ils ne voient pas de changement ! Pour le voir, il faut prendre du recul et regarder la durée annuelle, qui, elle , a belle et bien diminué ; Mais comme cette durée annuelle, dans les statistiques européennes, prend en compte d’autres aspects comme les temps partiel et l’absentéisme, on n’en sait pas plus ! Mais demandez à un salarié s’il est d’accord pour revenir aux 39 heures, qui restent portant le rythme hebdomadaire, il risque fort d’exprimer son désaccord : il y a pris goût, à ses RTT !

Commenter cet article

amike 20/09/2015 09:16

Le principe des "35 heures", c'est - pour un poste de travail, - une réduction du temps de travail hebdomadaire, - à temps plein. Le reste - temps partiel, réduction sur l'année, cumul des temps travail pour un salarié, ... ne sont pas compatibles. Je rappelle que l'objectif était un partage du temps à égalité entre les salariés.

Les statistiques sur la durée hebdomadaire sont donc tout à fait pertinentes. Et il est faux, si ce n'est à vouloir cacher le fond, de les remplacer par le cumul sur l'année ou le total moyen par salarié. De fait, comment respecter le principe du début tant vanté par la CFDT, avec la création d'emplois à temps partiel pour remplacer le départ des "temps pleins" pour les longs WE ?

Il ne faut pas confondre la marque "les 35heures" avec la tendance à la réduction ou la modulationdu temps de travail sur l'année, centrée sur le travailleur, pour cacher qu'il s'agit bien d'un échec.

XS 17/09/2015 22:24

Bonjour Verel!

Ne pas parler de la proportion de temps partiel dans cette étude est une inanité.
Ni du "présentéisme" plus difficile à mesurer.

C'est bien sur le nombre d'heures par an qui est la bonne mesure.
En moyenne salariée, l'OCDE indique que la France (avec 1387h annuels) est un peu au dessus de l'Allemagne et des Pays-Bas (1302 et 1347h).
http://stats.oecd.org/viewhtml.aspx?datasetcode=ANHRS&lang=fr

Le temps partiel voulu ou subi a un gros rôle dans ces chiffres.
Il faudrait aussi comparer le nombres d'heures de professions avec des horaires ou des congés particuliers, notamment les enseignants, mais aussi les pompiers, agents des transports, etc.