Confiance ou pas

Publié le par verel

L’actualité de cette semaine illustre la défiance qui s’est installée chez les français vis-à-vis de leurs élus, défiance qui nourrit le vote FN mais qui est partagée dans tous les milieux.

Mercredi, Le Monde titrait sur « la fin des vaccins obligatoires » et son éditorial était intitulé « une question de confiance ». Plus bas dans la « Une », on apprenait que « la Suède a caché des agressions sexuelles par des migrants ».

Ce n’est évidemment pas l’incident très grave qui s’est produit lors d’un test de médicament en Bretagne qui va arrangeait les choses : quoiqu’il arrive et qu’on découvre ou comprenne dans les prochains mois, l’auditeur pressé aura simplement retenu qu’un test de médicament aura rendu très malades des hommes en bonne santé (et probablement tué l’un d’eux).

Plus loin de nous, un Donald Trump adepte de la théorie du complot peut sortir n’importe quelle ânerie qui va dans le sens de ce que ses électeurs ont envie d’entendre, cela ne l’empêche pas (au contraire) de monter dans les sondages.

Les spécialistes de al communication de crise l’ont bien compris depuis longtemps : vouloir cacher les choses est complètement contre-productif. Vouloir se protéger ou ne dire que du politiquement correct finit par vous revenir en pleine figure comme un boomerang

Or, le politiquement correct ou la protection de ses intérêts, les politiques en ont usé et abusé, tout en n’hésitant pas par ailleurs à flirter avec la vérité quand cela les arrangeait.

On détruit beaucoup plus vite la confiance qu’on ne l’a construit : pour les politiques, cela va être très dur, d’autant plus qu’ils ne semblent pas vraiment avoir compris la leçon. C’est malheureusement la démocratie, donc nous tous, qui est en train de trinquer.

Commenter cet article

Proteos 18/01/2016 19:25

Le JDD a publié les résultats d'un sondage ce dimanche montrant que les partis politiques étaient l'institution la moins appréciée par les Français.
http://www.lejdd.fr/Politique/Police-medias-partis-quelles-sont-les-institutions-adorees-ou-detestees-des-Francais-768571
Même s'il faut bien un dernier dans tous ces classements, il est sans doute souhaitable que les partis reçoivent plus de 12% de confiance… À noter que suivant ce même sondage, les syndicats sont moins appréciés que les banques, ce qui n'est pas peu dire!