Espérance de vie en baisse

Publié le par verel

Le Monde titre en Une sur la baisse de l’espérance de vie calculée par l’INSEE pour 2015, tout en expliquant que les spécialistes considère le phénomène comme conjoncturel.

L’espérance de vie a baissé de 0.3 ans pour les hommes et de 0.4 ans pour les femmes nous signale l’INSEE tout en expliquant que la hausse des décès sur 2015 s’explique en partie par le vieillissement de la population (les premiers enfants du baby-boom ont maintenant 70 ans) et en partie par une forte épidémie de grippe durant l’hiver, renforcée par la canicule de juillet et le froid d’octobre.

Le fait essentiel est cependant la grippe, qui a causé 24 000 morts (contre 4000 à la canicule et 2000 à la vague de froid : le virus ayant muté la grippe a été particulièrement meurtrière.

Il y a un an, je relevais au contraire que la progression de l’espérance de vie avait été forte. Voilà le début de mon article d’alors :

En raison d’un hiver peu rigoureux et d’une épidémie de grippe saisonnière de faible intensité, au contraire des deux années précédentes, la France a vu son nombre de décès baisser en 2014, malgré le vieillissement et l’accroissement de la population. L’espérance de vie est en nette hausse pour les hommes comme pour les femmes.

Le nombre de décès est en 2014 en baisse de 14 000 par rapport à l’année précédente. Pourtant, le nombre de plus de 65 ans est en forte hausse dans la population, en réalité depuis l’arrivée des classes du baby-boom à cet âge, c’est-à-dire depuis 2010, un effet qui s’ajoute à celui de l’accroissement de la longévité.

Les conditions climatiques et épidémiologiques peuvent faire varier le nombre de décès d’une année et par ricochet l’espérance de vie, telle qu’elle est calculée avec ces décès. C’est ainsi que ce calcul a donné une baisse de l’espérance de vie des femmes en 2012 (de 0.2 ans), puis une hausse équivalente en 2013 et une hausse plus nette cette année, de 0.4 ans. Il est donc vain de vouloir tirer des conclusions d’une variation annuelle, comme certains ont voulu le faire pour affirmer que l’espérance de vie commençait à baisser.

Il vaut mieux prendre un peu de recul pour tirer des conclusions.

2015 confirme donc ce que je disais l’an dernier : il y a des fluctuations d’une année sur l’autre, notamment en fonction des caractéristiques de la grippe une année donnée.

Regardons donc sur plusieurs années : en France métropolitaine, de 2013 à 2015, l’espérance de vie des hommes est passée de 78,7 à 78,9, soit un gain net de 0.2 ans : la baisse de cette année n’a effacé qu’une partie du gain de l’an dernier. Par rapport à 2010, sur cinq ans, le gain est de 1 an.

La situation est moins favorable pour les femmes. Sur deux ans , le gain est de 0.1 ans et sur 5 ans de 0.4 ans.

Sur dix ans, les hommes ont gagné 2.2 années et les femmes « seulement » 1.2 années. Les femmes ont cependant encore plus de 6 ans d’espérance de vie que les hommes

L’écart n’était que de 5 ans à la fin de la guerre, comme dans la plupart des autres pays. Puis il a augmenté parce que les hommes se sont mis à fumer du tabac. Et quand les femmes s’y sont mises à leur tour, on a prédit une réduction de l’écart au bout de 20 ou 30 ans. Et c’est ce qu’on constate aujourd’hui, d’autant plus que les femmes semblent un peu plus fragile que les hommes au regard du tabac.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

XS 25/01/2016 22:41

Le point de vue du médecin-journaliste Laurent Chevallier
http://www.lepoint.fr/invites-du-point/laurent-chevallier/laurent-chevallier-baisse-de-l-esperance-de-vie-sortons-du-deni-21-01-2016-2011514_424.php#

Cela vaut la peine d'être vérifié. Les personnes agées ayant grandi à la campagne vivent-elles plus longtemps que celles nées en ville dans les années 1930? Et quel a été l'impact des privations alimentaires de la guerre? Les conditions de travail des Grandes Glorieuses étaient-elles meilleures pour la santé que celles qu'on connu la génération suivante?

Il est possible qu'on aille vers une mortalité très étalée de 50 à 100 ans. Ce qui socialement remettrait en cause les systèmes de financement des retraites.

XS 22/01/2016 00:20

Et l'écart type, est-il en baisse ou en hausse?

L'automne revient Lundi (pour la région parisienne) ce qui sera bon, à moins de grosse tempête.
Le réchauffement climatique est donc bon pour la longévité, à conditions d'éviter les canicules l'été .

xc 20/01/2016 16:52

LR et FN mettent la baisse de l'espérance de vie sur le compte de la politique hollandaise. Avec l'hiver relativement doux que nous connaissons, l'espérance de vie pourrait bien faire une remontée fulgurante que Hollande mettra sur son compte.
De même que les chiffres du chômage sont exprimés en données corrigées des variations saisonnières, ceux de l'espérance de vie devraient l'être en données corrigées des événements climatiques ou épidémiologiques susceptibles de les influencer.

francis 20/01/2016 12:04

je partage votre analyse, mais il faudra attendre 2017 ou 2018 pour la valider.

fredr31 19/01/2016 22:46

Petite coquille : "de 2013 à 2015, l’espérance de vie des hommes est passée de 48,7 à 78,9"