Les staliniens sont toujours là

Publié le par verel

Ce jeudi 26 mai, les journaux(presque tous) qui ont refusé le diktat de la fédération CGT du livre de publier un communiqué de la CGT sur la loi travail ne sont pas parus. C’est la conception de la démocratie et de la liberté de la presse chez une partie des militants CGT, qui semblent prendre une place grandissante au sein d’un syndicat dont le secrétaire général a déclaré il y a quelques semaines qu’il ne serait plus l’an prochain le syndicat le plus représentatif : il sera doublé par cette CFDT accusée par certains d’être vendue au patronat, opinion que ne partagent manifestement pas tous les électeurs aux élections professionnelles.

Les salariés qui bloquent les raffineries, ceux qui veulent arrêter les centrales nucléaires, ceux qui veulent une presse aux ordres, font partie de ceux qui sont de loin les mieux payés dans notre pays. Une partie importante, en particulier chez Total, ont des rémunérations qui dépassent les fameux 4000 € cités par François Hollande, avant qu’il ne soit devenu Président, comme la limite au-delà de laquelle on trouve les riches…

Dans le « rapport de force » qu’ils veulent construire contre le gouvernement, ils prennent en otages hier les automobilistes, les usagers des transports ou les lecteurs. Et demain ?

Commenter cet article

Verel 20/06/2016 07:22

L'article 2 officialise des pratiques très anciennes dans le domaine du temps de travail comme l'explique cette article, dont j'ai pu vérifier auprès de plusieurs juristes en droit social qu'il est juste
http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2016/06/02/la-contestation-de-la-loi-el-khomri-permet-aux-salaries-de-redecouvrir-le-code-du-travail_4931682_1656968.html

XS 20/06/2016 13:40

Article du Monde long et intéressant, merci.
Les dérogations sont un pratique ancienne (que de mon côté j'ai vu souvent notamment dans le secteur des transports). Dans les entreprises suffisamment syndiquées, cela est validé par l'inspecteur du travail.

Regardant pour la première fois le texte du projet de loi : http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl3600.asp (on doit être très peu à le faire, et on comprend pourquoi):
-je m'aperçois que l'article 2 réécrit toute la partie temps de travail du code
-elle est de nouveau renumérotée (les truffes: cela va compliquer le suivi des accords existants)
-répétitivement l'accord de branche est mis derrière l'accord d'entreprise: "Une convention ou un accord d’entreprise ou d’établissement, ou, à défaut, un accord de branche". Cela rend le concept de branche subalterne. Pourquoi?
-de plus et par exemple, les articles L3121-23 à 25 prévoient l'autorisation par l'"autorité administrative" sans accord.
-de même, le L3122-24 qui prévoit des secteurs de dérogation décidés ultérieurement par décret

Il me semble que cette réécriture augmente la complexité. Avocats et professeurs de droits s'y perdent déjà. C'est normal, c'est depuis longtemps un sujet d'ingénierie (sociale!) et non de droit (malgré certaines jurisprudences ineptes).
De plus, le concept de décrets sans accords prépare des conflits durs, notamment en cas d'arrivée au pouvoir de dirigeants politiques n'ayant jamais été salariés et ayant une vision idéologique.

On sait bien architecturer les règles du travail par strates. La branche pourrait/devrait être le lieu de consolidation principal permettant à la fois le dialogue social et les comparaisons avec nos partenaires européens. On s'en éloigne.

C'est un gâchis énorme. Que s'est-il passé au Ministère du Travail?

XS 04/06/2016 13:31

Bonjour Verel,
Des adhérents de la CGT qui gagnent plus de 4000€/mois?
Net ou brut?
Le cas des salariés qui bloquent les raffineries, même à l'issue de votes ou ils sont minoritaires, est évidemment aberrant. D'un autre côté, le MEDEF en face est aussi caricatural. Voir par ex: https://www.linkedin.com/pulse/cgt-ch%C3%B4mage-g%C3%A9n%C3%A9ral-pour-les-travailleurs-pierre-gattaz et les commentaires.

J'ai eu du mal à comprendre le soutien de la CFDT au projet. Leur explication récente peut aider:
https://www.cfdt.fr/portail/le-projet-de-loi-travail-/declaration-du-conseil-national-de-la-cfdt-sur-le-projet-de-loi-travail-srv2_367155

On aimerait croire à: "des droits fondamentaux fixés par la loi, un rôle de la branche réaffirmé, un renforcement de la négociation d’entreprise avec accords majoritaires et mandatement dans les petites entreprises" mais beaucoup de personnes en doutent.
On ne sait pas non plus comment cela peut être transformé après 2017

XS 19/06/2016 23:44

Certaines analyses disent l'importance de la "société de défiance" en France qui oblige a codifier tout. Nous patirions sûrement de notre culture de Latins du Nord, prompts à des discussions interminables mais incapables de trouver des arrangements de terrain comme les Latins du Sud, moins dogmatiques.

Diminuer ou supprimer le rôle des branches semble une opération d'apprenti sorcier. Le cas de l'article 2 semble être crucial, et non un point de crispation ponctuel.

Une interview fournie (quoique longue) de F.Hommeril, nouveau secrétaire de la CFE-CGC.
http://www.dailymotion.com/video/x4es4y0_francois-hommeril-la-cfe-cgc-est-contre-la-loi-travail_news
C'est cohérent. Reste à voir ou sont les autres syndicats "réformistes".
Une base pour repartir serait de remplacer M.El Khomry mais aussi ses adjoints par une équipe compétente (dirigée par N.Notat par exemple) et commencer les négociations autour de la CFDT,la CGC et d'interlocuteurs patronaux affirmant une fibre sociale (ce qui est par contre difficile à trouver. Le CJD?).

Reste qu'il était plutôt indiqué de faire tout cela en début de mandat présidentiel.

Verel 04/06/2016 21:02

Quand on parle salaire, on parle brut

les exagérations du Médef n'excusent pas celles de la CGT et réciproquement

Le fait que ceux qui doutent soient nombreux ne prouve pas qu'ils ont raison ni qu'ils ont tort
le projet fait 131 pages, avec énormément de sujets souvent assez techniques , donc la méfiance des citoyens reflète avant tout leur crainte du chômage et de la précarité et leur défiance vis à vis du gouvernement
Ajouter que l'économie est souvent contre intuitive comme le dit A Delaigue...
Ceci dit, le récent prix Nobel Jean Tirole et Thomas Picketty ont un avis opposé : difficile de se faire un avis dans ces conditions !
J'ai donné un avis ici : http://etatdeslieuxfrance.fr/wp/changer-la-loi-pour-ou-contre-lemploi/