Où va la CGT ?

Publié le par verel

Ce jeudi 16 juin avaient lieu les élections professionnelles pour les 19 000 salariés de Monoprix. La CGT, qui avait axé sa campagne sur le refus de la loi Travail a reculé de 18.5 % et se fait dépasser par la CFDT

Lors des élections professionnelles précédentes, en 202, la CGT était majoritaire avec 51.49 % des voix, c’est-à-dire près du double du score de la CFDT, deuxième avec 26.53 % et très loin devant FO à 12.84 %

Jeudi dernier, la CFDT est passée en tête, en gagnant13.2% des voix alors que la CGT se retrouve à 32.94%. FO recule un peu. La CGC gagne 4.1% mais reste marginale à 8.5%.

D’après le site de la CFDT, « La CGT, a fait le choix d’axer sa campagne sur son opposition à la loi El Khomri ». Manifestement, cela ne lui a pas suffi !

Dans son numéro de mardi 14 juin, le Monde consacrait une page complète sur « la CGT, une position de leader menacée ». Elle y reprenait notamment la déclaration de Philippe Martinez le 13 avril, sur le risque pour la CGT de ne plus être le première organisation syndicale, à l’aune des élections professionnelles. Les élections ayant lieu tous les quatre ans mais à des dates différentes selon les entreprises, le ministère du travail publie une synthèse tous les quatre ans. A la fin 2012, la CGT avait moins d’un point d’avance sur la CFDT (26.77% contre 26%). Les nouveaux résultats devraient paraitre en mars ou avril 2017. Toujours selon Philippe Martinez, la CGT aurait actuellement 300 000 voix de retard sur sa rivale.

L’accès au site gouvernemental qui regroupe les résultats étant réservé à ceux qui ont un compte d’accès, il est difficile de se faire une opinion plus précise. On ne trouve guère de résultats sur la toile.

L’article du Monde reprend quelques exemples de recul de la CGT, chez EDFGDF, chez PSA Sochaux, à la SNCF, dans la fonction publique, chez Air France.

On peut reprendre ces 5 cas,

Chez EDF, les élections de 2014 ont vu un recul de 4.1% de la CGT, au bénéfice de la CGC (plus 7%) alors que la CFDT recule de 1.3%

Chez PSA Sochaux, en 2014, la CGT passe de 49.9% à 45.3%, mais retrouve son résultat de 2006. La CFDT progresse dans les deux premiers collèges et régresse dans le troisième.

A la SNCF, Le Monde note un recul de la CGT de 37.6% en 2011 à 35.6% en 2014. Mais de nouvelles élections ont eu lieu fin 2015, avec un nouveau recul 34.3%. De 2011 à 2015, la CFDT passe de 13.76% à 15.15%

Dans la fonction publique, la CGT passe de 25.4% à 23.1% et la CFDT est stable.

Chez Air France, en mars 2015, la CGT est passée de 18.1% à 14.3% mais surtout passe de la première à la quatrième place. La CFDT serait « en léger progrès ».

Le Monde a choisi des élections relativement récentes, avec une part importante du secteur public mais aussi des effectifs très disparates : la fonction publique, ce sont cinq millions d’inscrits, PSA Sochaux moins de 5000.

Y a-t-il accélération de ces reculs avec les tribulations de Thierry Le Paon et quel est l’impact de la position actuelle de la centrale sur la loi Travail ? Difficile à savoir !

Une élection comme celle de Monoprix, même sur un volume important (19 000, c’est plus que PSA Sochaux) a forcément des raisons spécifiques et on ne peut pas en conclure que la CGT est en train de perdre plus du tiers de ses voix partout ! De plus, les tendances ne sont pas forcément régulières sur le long terme et peuvent dépendre de la qualité d’un leader dans une entreprise donnée.

S’il y a baisse de la CGT, à qui profite-t-elle ? Apparemment, c’est très variable d’une entreprise à l’autre, les bénéficiaires pouvant aussi bien être la CFDT, la CGC ou l’UNSA.

On peut trouver au gré des recherches sur la toile que dans le groupe Korian (1er groupe de santé privé, 12 000 salariés) la CGT a reculé de 8% et la CFDT de 14%, l’UNSA prenant la première place. Ce mois-ci, la CFDT services gagne largement chez Monoprix (19 000 salariés) mais aussi chez Louvre Hotels (plus de 10 000 salariés) avec 43.83 %, dépassant une CGT précédemment majoritaire, qui perd plus de 20 points !

On verra vraiment ce qu’il en sera en 2017, avec les résultats sur toute la France !

Pour finir, mon expérience personnelle, même s’il s’agit d’une goutte d’eau dans la mare : dans mon entreprise, les élections de mars 2016 ont vu la CFDT passer de 51 à 63 % des voix, la CGT passer de 49 à 37%...

Commenter cet article

francis 20/06/2016 11:36

intéressant.
le "réformistes" ont le vent en poupe,
mais les gouvernements et le patronat doivent comprendre
que cela ne fonctionne que s'il y a, en permanence, du "grain à moudre"
ou l'espoir et la perspective de jours meilleurs
que sinon, les OS les plus radicales, politiques, qui mettent en cause le système
trouvent un écho plus fort, comme les ailes les plus à gauche des partis socialistes, demo-sociaux,
comme en Grande Bretagne, USA, Espagne, Grèce, voire Allemagne....

en complément,
à La Poste, élections au CA des représentants des salariés (nov 2015 vs nov 2010)

la CGT passe de 32.8 à 26,47
SUD de 21.9 à 20,11
CFDT de 18 à 22,56
CGC de 6 à 6,46
FO-COM de 16.5 à 19,46

SUD et surtout CGT perdent des voix au profit de tous les autres syndicats
et en particulier CDFT et FO (qui est à La Poste souvent plus près des réformistes)

à Orange, même scrutin, en novembre 2014 :

La Confédération française démocratique du travail (CFDT) a ravi la première place à la Confédération générale du travail (CGT) aux élections professionnelles chez l'opérateur Orange, selon les résultats communiqués vendredi 21 novembre par l'entreprise. Jamais dans l'histoire de France Télécom ni des PTT, la CGT ne s'était trouvée à une autre place que la première.

Avec 24,12 % des voix, la CFDT l'emporte haut la main, avec une progression de 2 points par rapport aux dernières élections en 2011 (21,85 %). Quant à la CGT, elle chute de 3 points, avec 19,56 % des voix, contre 22,74% en 2011. L'Union syndicale Solidaires (SUD) reste le troisième syndicat, mais accuse une baisse de 1 point, avec 17,51 % des suffrages (18,61 % en 2011).
Au coude-à-coude avec SUD, la Confédération française de l'encadrement - Confédération générale des cadres (CFE-CGC) enregistre une progression de plus de 1 point, avec 16,18 % des voix (14,74 % en 2011). Force ouvrière (FO) gagne également près de 1 point, avec 14,97 %, des voix contre 14,02 %. De son côté, la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) est en légère baisse, avec 6,48 % des voix, contre 6,8 %.