Préoccupations des Français

Publié le par verel

Le Monde de ce soir titre sur les socialistes "divisés sur le rôle du chef de l'Etat".. En page 7, on comprend que "la synthèse bute sur la VI ème République" .

On croît réver. Alors on va vérifier sur le site de la SOFRES les préoccupations des Français. En novembre 2005, c'est "lutter contre le chômage" qui devrait être la priorité du gouvernement pour 47% des Français, loin devant la hausse des prix (23%) et la lutte contre la violence et la criminalité (14%). Il est vrai que "passer à une VI ème république primo ministèrielle" ne semble pas avoir été proposé. C'est bien sur la faute du commanditaire de l'étude, le Figaro Madame, dont on s'accordera pour dire qu'il n'est sans doute pas proche des socialistes.

Le tableau de bord politique de l'IFOP pour Paris Match ne fait pas non plus allusion à cette question. C'est vrai que Paris Match n'est pas non plus réputé pour son gauchisme. On y apprend malgrè tout que 51 % des français souhaiteraient une victoire de la gauche contre 44% celle de la droite. Mais la question du rôle institutionnel du président n'apparait pas non plus dans les conversations des français. Peut être la prochaine fois, après le congrés du Mans ?

Générations Europe, Versac, et Jules à sa suite annoncent la création du Pourquoi pas, blog collectif autour de Christian Blanc.

Lui aussi  à sa manière fait dans le technocratique puisque ses premiers articles sont consacrés aux pôles de compétitivité, sujet plutôt ardu. Mais on voit mieux dans ce cas le lien avec la préoccupation majeure des Français!

On en reparlera sans doute.

Post scriptum dimanche matin

Il semble que le parti socialiste ait trouvé une synthèse rassemblant les différents courants.C'est, je pense une erreur tactique: vouloir donner l'apparence de l'unité après s'être à ce point déchiré sur des divergences réelles est contre productif vis à vis des électeurs

 

C'est l'anti Rennes: en 1990, le PS n'avait pas su se réunir alors que les différences entre motions semblaient nulles, vues de l'extérieur.

 

Mais y avait il une bonne solution pour les responsables socialistes à 18 mois des présidentielles et des législatives?

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article