Sécurité routière

Publié le par verel

Le nombre de morts sur la route est descendu à 5 000 pour l’année 2005. C’est à mon avis la principale réussite du gouvernement Chirac et on ne peut que s’en réjouir. La France a rejoint les pays plus sages du nord de l’Europe.

Un graphique sur l’évolution de cette mortalité paru dans le Monde du 5  janvier donne une dimension de l’effort entrepris.

La mortalité est passée de 12 500 morts annuels en 1980 à 7 500 en 2000, avec une évolution relativement linéaire. Cela correspond à une baisse de 2500 morts tous les 10 ans. Une baisse identique a donc été obtenue en 5 ans seulement, ce qui est d’autant plus remarquable que cela va devenir de plus en plus difficile avec un nombre plus bas : baisser de 2500 morts de nouveau signifie les diviser par deux !

Publié dans Politique

Commenter cet article

Marc 28/03/2006 03:11

Je vous invite à vous rendre sur mon blog pour découvrir une façon originale de sensibiliser les jeunes. Si l'exploitation du film vous interesse pour accompagner l'une de vos actions, contactez-moi via le blog. merci et encore bravo pour votre blog.

Jacques Heurtault 22/03/2006 10:03

Mon fils, 18 ans bientôt, apprend à conduire dans le cadre de la "conduite accompagnée". Il a réussi son épreuve de "code" et progresse dans la conduite du véhicule familial. J'ai volontairement retardé l'achat d'un véhicule neuf dans cette perspective.
Pour le reste, je maintiens mon appréciaition sur la différence qu'il faut faire entre les victimes qu'il faut protéger et les coupables qu'il faut sanctionner avec sévérité sans JAMAIS se demander s'il il y a des circonstances atténuantes ou pas.
Le peuple demande justice. Il est dangereux de laisser ce rôle aux victimes (qui en viennent à demander une sanction vengeresse au lieu des légitimes indemnités auxquelles elles ont droit et que le délinquant n'est jamais, ou presque jamais, condamné à verser car il n'en a tout simplement pas les moyens).  

Amandine 09/01/2006 22:26

Oui, et merci qui pour les radars ?Merci Nicolas Sarkozy euh !

verel 08/01/2006 19:03

Je pense faire parti des gens ordinaires, un de mes meilleurs amis a été tué au volant par un homme ayant plus de 2g d'alcool dans le sang, récidiviste de surcroît, mais je ne me retrouve pas dans votre commentaire
S'il s'agit de dire que l'alcool au volant est une des principales causes d'accidents, et qu'il faut donc s'y attaquer, bien sûr, vous avez mille fois raison, mais je ne crois pas que ce soit le sens de votre post
S'il s'agit de dire que la conduite en état d'ébriété doit être sévérement sanctionnée, cela me parait évident
S'il s'agit de dire, comme je le comprends, qu'il y a des morts importants et d'autres pas, je ne partage absolument pas votre avis. Au delà de tout les arguments raisonnables ou émotionnels que l'on peut donner (ou placez vous la limite? et que direz vous quand ce conducteur alcoolisé sera votre fils ou votre fille?), j'en fait un principe de base de la vie en société: toutes les personnes se valent.
La distinction que vous faites entre les gens normaux et les penseurs ou journalistes, ou politiques ne correspond bien sûr à aucune réalité sauf dans les discours de certains populistes. Il y a heureusement une multitude de personnes qui ont compris qu'admettre que chacun vaut autant que les autres est la base de la vie démocratique et de la vie en société tout court. il y  a malheureusement certains politiques (et certains prétendus penseurs) qui professent d'autres idées.

Jacques Heurtault 08/01/2006 16:23

Observons ce qui se dit ou ce qui s'écrit au sujet des accidents de la route et des morts et blessés grâves que cela provoque.
1. Chez les gens ordinaires comme le sont les participants des blogs, on pense qu'il est profondément anormal que des fous puissent tuer d'autres personnes qui n'ont demandé qu'à vivre. Peu importe que les conducteurs en état d'ébriété approfondi se tuent!
2. Chez les "penseurs", les "journalistes", les "politiques", on dira qu'il faut protéger les alcoolisés contre eux-mêmes!! M'en fout des alcoolisés ...  

verel 06/01/2006 20:52

la baisse de la mortalité a été d'abord la conséquence d'une volonté de sanctionner plus fort les dérives, en particulier les excés de vitesse. Le tout permis par une volonté collective de refuser les morts de la route
La mise en place des radars a permis de pérenniser et continuer le mouvement

Jacques Heurtault 06/01/2006 14:57

Il me parait évident que la cause de ce résultat  indéniablement positif vient de la poursuite des aménagements routiers et, SURTOUT, de la mise en place des radars automatiques.
Une politique, pour réussir, doit s'inscrire dans la durée, être cohérente dans les moyens mis en oeuvre et débarrassée de toute gangue idéologique inutile.
Les humains ne sont pas des saints : ils ont besoin de sécurité et donc d'autorité pour pouvoir exercer leur liberté, notamment celle de circuler.

verel 05/01/2006 20:28

à Eric c: lapsus rectifié!
D'après Le Monde, "la France se rapproche de ses voisins européens, La Grande Bretagne, la Finlande et les Pays Bas continuent d'obtenir de meilleurs résultats"

eric 05/01/2006 16:01

En fait, ce qui compte dans les comparaisons inter-pays c'est le nbre de mort par (million de) km par voiture. Est-ce qu'on rejoint les pays les plus sages dans ce cas?

Eric C. 05/01/2006 13:22

Petit lapsus claviae dans le billet : c'est 7500 morts en 2000, pas 75000 :-)