Partez, M le Président!

Publié le par verel

Le député des Yvelines Christian Blanc a donc écrit un article , publié dans Le Monde daté de ce jour, réclamant la démission du Président de la République. Cette déclaration, signalée par Versac, fait l’objet de nombreux commentaires sur le site du député, et sur celui du Monde (que l’on peut atteindre par là). La plupart sont favorables, d’autres objectent que c’est inutile, ou demandent ce que propose C Blanc ou pour qui "il roule".

On peut en effet se demander si cette déclaration est légitime, utile, et si oui pourquoi d’autres ne l’ont pas faites plus tôt, et pourquoi Christian Blanc ?

La légitimité de la déclaration

L’ancien président d’Air France justifie sa demande par trois raisons principales :

1)      L’échec de J Chirac

2)      Le fait qu’il ne  présente pas la réalité aux Français, notamment sur la dette ou le décrochage de notre pays

3)      Le fait que notre pays ne puisse se permettre d’attendre plus longtemps pour réaliser les réformes indispensables

Sur le premier point, la côte de popularité de notre Président, la manière dont ses fidèles se réduisent comme peau de chagrin montrent hélas qu’il n’y a pas photo.

Sur le deuxième point, les deux exemples pris par le négociateur des accords de Matignon sont éclairants de notre situation par rapport à nos voisins européens. Le Monde publiait il y a quelques jours un graphique sur l’évolution du PIB de chacun des 15 depuis 10 ans. La France était treizième, avec des écarts très importants par rapport aux premiers. Les deux derniers, légèrement derrière notre pays, l’Allemagne et l’Italie. On peut d’ailleurs se demander, vu leur situation démographique, s’ils ne sont pas devant nous en PIB par tête. On sait aussi que l’Allemagne a pris il y a deux ans un virage avec l’Agenda 2010. Le fait que les 3 derniers représentent les ¾ du PIB de la zone euro nous  permet de cacher notre mauvaise place en nous comparant systématiquement à la moyenne de la zone euro. L’évolution du ratio de la dette sur le PIB depuis 10 ans montre à quel point nous sommes à contre courant, nous dont la dette augmente quand la plupart de nos voisins voir la leur diminuer, parfois fortement, depuis 10 ans.

Le troisième point est la conséquence du deuxième. : si nous sommes à ce point à contre courant, si nous condamnons notre jeunesse à payer les insouciances de la génération précédente (autre point souligné par celui qui fonda la base de loisirs de St Quentin en Yvelines), il est urgent de changer d’orientations ! D’autant plus que les précédents de 2001/2002 donnent à penser que cette période pré électorale risque d’âtre le temps de toutes les mesures démagogiques (sur ce point, on peut faire confiance à l’homme caricaturé par les guignols pour « mon boulot de dans deux ans »)  

L’utilité de cette déclaration

Certains commentateurs ont fait remarquer que cette déclaration était inutile, puisque de toutes les manières, l’ancien maire de Paris est trop attaché à son pouvoir pour abandonner ses fonctions. A force de faire preuve de réalisme, on en finit par oublier le rôle joué dans notre pays par le Président de la République, gardien des institutions, représentant de la France à l’étranger. C’est parce qu’il avait une haute idée de ses fonctions, parce qu’il voulait un grand destin pour son pays, que le Général de Gaulle a démissionné en 1969. C’est parce qu’il a au fond ce même respect de la République, cette même grande idée de la France, que l’ancien préfet Christian Blanc n’a pu supporter que cette fonction soit dévalorisée à ce point par l’agité qui l’occupe actuellement. A-t-on idée de l’image que nous donnons à nos voisins par le fait que nous acceptons encore cette présence ?

Emmanuel de Cétéris Paribus montrait dans un article récent que la France fait à la commission européenne, les même promesses depuis 7 ans, qu’elle ne tient pas et repousse d’année en année. Le fait que le premier personnage de l’Etat ne daigne pas évoquer cette question lors de ses voeux alors qu’un rapport vient d’être fait sur le sujet à la demande de son ministre des finances et que son premier ministre a promis de régler la question dans les cinq ans peut il être laissé passer ? Ou bien admet on que les discours et promesses du Président de tous les Français n’ont qu’une date de validité limitée au mieux à quelque mois ?

En fait, cette déclaration n’était pas seulement utile, elle était nécessaire. Il était en effet indispensable qu’un élu de la France dise que la situation créée par l’attitude de J Chirac est incompatible avec la dignité de sa fonction et l’avenir de notre pays 

Pourquoi d’autres ne l’ont pas fait ?

Au-delà des raisons propres à tel ou tel parti, tel ou tel responsable politique, la classe politique en général est trop occupée par les jeux tactiques quotidiens pour prendre la hauteur indispensable à ce genre de déclaration

Comme me l’a dit il y a quelques temps une jeune membre du cabinet d’un ministre, la seule obsession du ministre et de son cabinet est de trouver un moyen de passer au « 20 heures ». De leur coté, les responsables politiques sont trop occupés à essayer de faire des croche pieds à leurs « amis/concurrents du même parti pour s’occuper de l’avenir de leur pays !  

Pourquoi Christian Blanc ?

Il y a un peu moins de 5 ans, celui qui était alors le dirigeant de la filiale française d’une grande banque d’affaires américaine, alertait les Français sur la crise politique économique et sociale qui lui semblait couver dans notre pays et le déclin de celui-ci dans le concert des nations. Il proposait notamment de revoir les mécanismes représentatifs (en particulier le cumul des mandats et le statut de l’élu), de réformer l’Etat, de relancer la construction européenne et de revitaliser l’économie en libérant les initiatives. Les faits ont confirmé depuis ses intuitions, tant sur la crise (voire les scrutins de 2002 et 2005 ou  les récentes émeutes) que sur l’état de notre pays. Le rapport Pébereau reprend une partie de ces idées. A l’époque un Serge July lui avait fait remarqué que non élu, il n’avait pas de légitimité à parler. Depuis, il a été élu député de brillante manière.

Plutôt que de passer son temps à critiquer l’action du gouvernement, comme le font aujourd’hui l’ensemble des partis, y compris ceux qui participent à la majorité au pouvoir, il a préféré être force de proposition. Sa principale action a concerné la croissance par les pôles de compétitivité (les liens entre recherche, formation et entreprises) dont il a fait la proposition dans son rapport, qu’il a popularisé auprès des acteurs concernés (la conférence des présidents d’université a adopté à l’unanimité une résolution qui reprend l’essentiel de ses idées), et pour lequel il a fait une proposition de loi (l’application par le gouvernement ne reprend qu’une faible partie de ses propositions). Il est donc d’autant plus légitime pour sonner le tocsin aujourd’hui

Par ailleurs, le monde politique français est aujourd’hui complètement dominé par des personnes (de Chirac à Hollande, de Juppé à Jospin, de De Villepin à Royal) qui n’ ont connu dans leur vie que l’ENA et ses cabinets ministériels puis l’activité politique nationale. Ce monde clos ne comprend plus le monde d’aujourd’hui, comme il ne comprend rien à l’économie.

Christian Blanc a vécu un an en Suède, il a été plus d’une centaines de fois en Chine, il a travaillé de près avec les Américains (il était dans une des tours jumelles le 11 septembre), il connaît bien le monde arabe . Il a été deux ans à Bruxelles comme chef de cabinet d’Edgar Pisani, commissaire Européen. Il a été préfet, a dirigé deux entreprises publiques qu’il a redressé, dirigé des entreprises privé, lancé et fait réussir deux starts up. Et il a réussi à ramener avec Michel Rocard une paix durable en Nouvelle Calédonie. Son passage à laRatp et à Air France montre que ce qu’il construit est durable.

Ce sont des hommes comme lui, ouverts sur le monde et expérimenté dont nous avons besoin pour réformer notre pays !

Et maintenant ?

Un commentateur de l’article de C Blanc sur le forum du Monde proposait d’imiter les ukrainiens qui ont fait partir leur président à force de manifestations pacifiques. Je ne sais pas si c’est la solution. Cette comparaison m’a cependant fait penser à ce qui s’est passé en Pologne avec Solidarnosc, puis en Tchécoslovaquie avec Vaclav Havel. La situation démocratique était bien sûr bien différente. Mais on pouvait faire aux manifestants le même reproche d’irréalisme que celui qui est fait à C Blanc (Jacques Chirac ne partira pas !).

Cela me rappelle l’expression : « c’était impossible. Des imbéciles sont venus qui ne le savaient pas. Ils l’ont fait. » Les personnes qui approuvent aujourd’hui la démarche de Christian Blanc sont des novices qui ne connaissent pas les ficelles de la politique. C’est pour cela qu’ils peuvent le suivre quand il ose affirmer que le roi est nu. Et si c’était eux qui avaient raison ?

Publié dans Politique

Commenter cet article

verel 21/01/2006 17:23

En effet, les réformes à faire sont connues: il y a eu suffisamment de rapport d'experts, qui ont notamment regardé chez nos voisins ce qui marche et qui ne marche pas. Le dernier en date est le rapport Pébereau sur la dette.
La question est plutôt pourquoi ne les met on pas en oeuvre?
Parce qu'on n'ose pas, que la plupart des mesures font gagner un petit peu à tout le monde mais pas mal à quelques uns qui savent se défendre. On en a vu un exemple à l'Assemblée Natiionale avec les niches fiscales (dont un humoristes a pu dire qu'elles cachaient toutes un puissant cerbère pour les défendre).Parce qu'il est probable que les conséquences à court terme seront négatives pour un résultat positif à moyen terme: c'est pour cela qu'il ne faut pas les attendre d'un gouvernement en fin de mandat mais qu'un gouvernement nouvellement élu n'a pas d'excuse de ne pas les entreprendre! Voir à ce sujet les excellents articles d'Eric Le Boucher
il est vrai que nos élus ne sont guère courageux, et que pour un Delors prêt à parler vrai combien d'émules de Chirac prêts à toutes les promesses et dont la priorité peut se résumer en "pas de vagues" ?

Jacques Heurtault 21/01/2006 11:15

Je suis bien content de lire sous la plume de Lahaye que les pistes de travail sont connues. J'ai moins de chance que les autres : je ne les connais pas. Aussi me suis-je engagé à les construire moi-même.
Je les ai rassemblées dans mon blog "Propositions audacieuses".
Ouvrons le débat! Mes idées ne valent pas plus que celles de n'importe qui d'autre. Il faut cependant constater que l'on voit fleurir des blogs manifestement institutionnels (pour Villepin, pour DSK, pour Ségolène, pour X, pour Y, etc ...) mais bien peu pour telle idée ou pour telle autre ....
C'est bien dommage! Si nous nous mettions tous au travail, il en sortirait forcément quelque chose.
Il n'y a pas d'homme ou de femme providentiel ... Seulement des cotoyens audacieux à leur manière.

ED 16/01/2006 12:06

Le système est sclérosé.
Chirac doit partir s'il lui reste un peu de dignité.

lahaye 15/01/2006 17:15

Par ailleurs, les pistes de travail pour réformer ce pays sont connues... Là n'est pas la question. la question est : comment rassembler tous ceux qui partagent ces pistes, pour proposer une alternative politique au pays ?
Or, de ce point de vue, Christian Blanc ne dit rien et j'espère qu'il va rapidement faire des propositions en ce sens. Sinon, quelle pourrait être l'utilité de cette "sortie"? JPL

lahaye 14/01/2006 20:46

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que le "BERLA" signe là un Msg standart qui émane du Webmaster de "Pourquoi pas?". Le même Msg ayant été envoyé à "Osons" sur ce dernier blog.
Si toutefois ce Msg s'adresse à moi, précisons que je ne suis pas un ex-partisan de CB et que mon propos n'a rien à voir avec celui d'Osons... Mon avis, nuancé, reflette celui de très nombreux commentateurs et se veut constructif... Merci - JPL

Daumont Jean 14/01/2006 19:17

  Il faudrait cesser ce ""petit jeu de massacre", même s'il est caractéristique de "l'esprit français" à l'origine de tant de révolutions et de régimes divers, sans oublier l'inqtabilité ministérielle des 3° et 4° Républiques... La France a des institutions qui, certes, ne sont pas parfaites, mais ont tout de même permis de surmonter des problèmes divers, notament les alternances... Et de surcroît, ces institutions ont été récemment réformées, justement à propos de ...la durée du mandat présidentiel, dont le raccourcissement devrait calmer les déçus et les impatients... Il sera toujours temps, dans moins de 2 ans, pour les Sarkozy, Villepin, Blanc, et peut-être d'autres encore, de "promettre des réformes", à condition de ne pas oublier qu'il est plus facile de "promettre" que de "réaliser" quand on est confronté aux circonstances...

berla 14/01/2006 17:42


Votre intervention appelle les commentaires suivants:
1-le principal objet de l'article n'est pas de "se payer Chirac" mais de faire prendre conscience que sa présence est un obstacle aux réformes de fond.
2-vous êtes un (ex?)partisan de CB; le connaissant, vous devriez savoir qu'il s'exprime toujours sur le fond, de manière réfléchie: s'il alerte l'opinion aujourd'hui c'est que l'urgence est totale ! Quel électrochoc électoral nous réserve 2007 si nous continuons ainsi ???
3-contrairement à ce que vous écrivez, cet article donne des pistes de travail pour réformer le pays. Pour ma part, je pense que les grandes lignes en sont parfaitement claires pour CB et qu'il les exposera dès que possible.
 

lahaye 14/01/2006 13:41

Certes, c'est un assez bon "coup". Christian Blanc continue de jouer sa petite musique personnelle. Et il est possible que cela finisse par payer.
Pour beaucoup, cependant, cela apparaîtra justement comme un "coup" et un coup d'épée dans l'eau. Car, en effet, ce n'est pas tout à fait crédible. C'est bien de s'adresser ainsi aux français, pour leur dire, en quelque sorte, "et si on y allait maintenant ?". Seulement, il aurait fallu leur proposer aussi une façon, claire et concrète, de le faire :
- Comment faire pression pour obtenir la démission de Chirac ?
- Comment reprendre la main, avec qui, sur quelle feuille de route ?
Là, monsieur Blanc, vous êtes certes apparu comme un homme politique indépendant et différent… Mais aussi comme un homme seul !
C'est d'ailleurs ce que le journaliste de France Info vous a fait remarquer en conclusion. Vous avez répondu : "Pas si électron isolé que cela" ou quelque chose de ce genre... Il s'agit maintenant de le démontrer… Et, c'est précisément, de mon point de vue, ce que vous n'avez pas encore su vraiment prouver jusqu'ici dans votre brillante carrière…
Vous avez dit qu'il y avait dans ce pays de nombreuses personnes - qui ne sont pas forcément au premier plan - qui savent quoi faire pour remettre ce pays rapidement sur les bons rails. J'espère que vous songez maintenant à les réunir pour fonder ce nouveau grand parti, base d'un renouvellement politique que tout le monde attend... - JPL