Affaire Garfieldd: autres points de vue

Publié le par verel

L’affaire de ce proviseur, révoqué de l’Education Nationale pour le contenu de son blog, suscite une immense mobilisation au sein de la communauté bloggeuse. Eolas, qui a déjà une audience extrêmement flatteuse, a écrit (brillamment comme à son habitude) une lettre ouverte à Gilles de Robien dont le retentissement (à juger par le nombre exceptionnel de trackbacks) à du faire exploser son compteur. Les blogs qui se saisissent de l’affaire ne se comptent plus.

 

 

Plutôt que de lire cette vaste littérature, qui défend essentiellement la liberté d’expression et montre le pouvoir de la blogosphère,  j’ai voulu m’adresser à d’autres protagonistes. J’ai donc eu un entretien avec un cadre d’ Education Nationale, j’ai obtenu un papier d’un magistrat administratif. Je me suis aussi adressé à des sociologues (pour un regard sur le développement des blogs)  et je compte  m’entretenir avec un spécialiste du droit social pour examiner comment serait traité une telle affaire dans le privé. Je publierais dans les heures ou les jours qui viennent chacun de ces points de vue.

 

 

Ces discussions, en particulier celui avec le cadre de l’EN, m’ont montré qu’au-delà de la réflexion sur la liberté d’expression, il y en avait une nécessaire sur la responsabilité des cadres et sur la confidentialité des informations recueillies dans le cadre professionnel.

 

 

Du coup, j’ai supprimé un article dans lequel je partais d’une information acquise dans le cadre de mon métier pour une réflexion sociétale. Mais il y de nombreuses informations recueillies dans le cadre de mon travail que je m’interdis d’utiliser alors qu’on peut en tirer des enseignements intéressants. Pas simple !

Publié dans Politique

Commenter cet article