Rêves alter

Publié le par verel

Eric le Boucher nous explique dans sa chronique du 29 janvier que le forum de Davos a consacré cette année la place prise dans l’économie par la Chine et l’inde (alors que l’Europe est marginalisée). Dans le même temps,  les alter mondialistes ont les yeux tournés vers le Venezuela où se déroule une étape du Forum Social Mondial.

 

La polémique sur l’antisémitisme supposé du Général Chavez a été l’occasion de montrer que la gauche anti libérale s’était trouvé une nouvelle idole, symbolisant le fait « qu’un autre monde est possible ».

 

Il y a quelques années, l’idole se situait sur le même continent, un peu plus au sud, au Brésil exactement. On allait voir ce qu’on allait voir ! On a vu effectivement ! La politique menée par le leader brésilien respecte les règles fort capitalistes des marchés, et le pays s’en trouve plutôt bien. Il faut se réjouir que le président Lula n’ait pas choisi de montrer une fois de plus que les solutions administrées ne fonctionnaient pas.

 

C’est une vieille habitude d’une partie de la gauche française que de s’enflammer pour un modèle étranger, une expérience politique qu’elle imagine conforme à ses vœux. Ceux qui ont vu le film « tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes » ont pu voir comment la réalité soviétique était idéalisée (les vaches russes donnent deux fois plus de lait que les américaines).

 

La plupart(encore que pas tous !) des intellectuels de gauche ayant vu leurs yeux dessillés après les événements de Hongrie et le rapport Kroutchev, il a fallu trouver d’autres pays engagés dans une expérience qui allait enfin ne pas tromper le peuple et lui montrer que les lendemains qui chantent , c’est possible.

 

Alors on a eu la Chine de Mao, la Yougoslavie de Tito, la Roumanie de Ceaucescu (et oui !), le Cuba de Castro. Et à chaque fois, il a fallu déchanter. Mais apparemment le jeu continue !

 

On se demande d’ailleurs pourquoi il faudrait aller chercher un modèle dans des pays qui sont nettement moins avancés que la France dans le processus de développement, mais bon…

 

Je préfère aller chercher des enseignements (et non des modèles) dans des pays comme le Canada, la Suède, l’Espagne, l’Irlande (ou la Suisse de François Brutsch) et bien d’autres  qui chacun à leur manière et dans des domaines différents ont à leur actifs des réussites qui peuvent nous donner des pistes d’actions intéressantes.

 

Mais il semble que cela fasse moins rêver…

Publié dans Organisation de l'Etat

Commenter cet article