Réforme de la fonction publique

Publié le par verel

Le gouvernement veut motiver davantage ses fonctionnaires. Il prépare un projet de loi : l’objectif est de rendre ce corps plus professionnel avec un fonctionnement plus proche de celui d’une entreprise privée. D’où le développement d’une idée centrale basée sur l’évaluation objective de l’accomplissement du travail.. Le ministre des administrations publiques a assuré devant les députés que la prétention d’obtenir un poste à vie disparaîtra. Le ministre ne parle pas, bien sür d’éliminer l’emploi à vie dont tout fonctionnaire relève par définition, mais il remet en question le poste à vie

 

Il ne s’agit pas tant de punir que de récompenser les employés qui travaillent bien

 

Des rétributions sont bien évidemment prévues pour compléter le système. Un salaire de base pour toutes les administrations publiques continuera d’exister mais chacune d’entre elles fixera les rémunérations complémentaires en tenant compte de la difficulté technique du poste, de la progression de carrière, du degré de l’intérêt manifesté, de l’initiative et de l’effort. Le ministère désire également professionnaliser les organes de sélection en mettant en avant les critères techniques avant les liens politiques ou syndicaux.

 

Ce projet de loi a en fait été préparé à la suite de longues négociations entre le ministère et la fédération des villes et provinces, et enfin les organisations syndicales.

 

Les syndicats ne se montrent pas opposés aux nouveaux objectifs mais demandent que les évaluations reposent sur des critères objectifs et que les syndicats y participent.

 

Science fiction ? Pas du tout ! Tout ceci est noir sur blanc dans un article page 8 du numéro du vendredi 14 avril 2006 du Monde.

 

Simplement un mot essentiel a été enlevé du début de l’article : il fallait lire « le gouvernement espagnol »

 

Un gouvernement dirigé par les socialistes

 

Vérité au-delà des Pyrénées…

 

Publié dans Organisation de l'Etat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aLx 19/04/2006 18:28

La réalité est que la gauche française devrait prendre exemple sur le modèle espagnol et italien. Sans quoi elle verra sa crédibilité tomber à néant.

Global 17/04/2006 22:12

Qu'espériez-vous d'une classe politique composée d'une écrasante majorité de  fonctionnaires protégés par un statut taillé sur mesure pour faire de la politique ?Iriez-vous au bout de votre logique en refusant désormais de voter pour quelque fonctionnaire que ce soit ?