Pour une véritable démocratie 2

Publié le par verel

Le diagnostic

1)      L’alternance observée à chaque élection depuis 1981 reflète plus le rejet du gouvernement sortant que l’adhésion au programme du gagnant. La pratique des promesses électorales mirifiques ne met pas le pouvoir en position de conduire les réformes nécessaires. Comment sortir du dilemme « pour être élu, il ne faut pas dire la vérité » mais « si on est élu sans la dire, on ne peut plus agir » ?. En tous cas, les promesses éternellement déçues me paraissent expliquer la baisse de la popularité des partis, la montée de l’abstention, du votre blanc et du vote extrême.

2)      Le souci prioritaire des élus est d’assurer leur réélection. La méthode consistant à « acheter » des voix avec les deniers de l’Etat a été pratiquée par J Chirac avant même d’être élu député pour la première fois en 1967. Depuis, le clientélisme a été érigé en système au niveau local (pensons à des Balkany, Mellick ou consorts) comme national. Evidemment, cela n’est pas très bon pour les équilibres financiers publics ! Par contre, toute réforme qui pourrait faire des vagues est repoussée à plus tard.

3)      Il faut bien comprendre qu’une réforme sérieuse met du temps à donner des fruits positifs : elle dérange plutôt à court terme. La logique clientéliste gangrène la dernière année (sinon les deux dernières) .avant les élection, pendant laquelle on ne peut agir que pour faire des cadeaux. L’année 2001 a été particulièrement créatrice dans e domaine. Les douze prochains mois promettent d’être terribles. C’est ce constat qui a poussé Christian Blanc à demander le départ du Président dès maintenant.

4)      La longévité des élus est impressionnante. Manifestement, le métier conserve ! Si on regarde les députés, parmi les 20 premiers par ordre alphabétique, 2 ont été élus en 1978, 1 en 1981, 2 en 1986, 6 en 1993, 3 en 1997 et 6 en 2002. Evidemment, tous accumulent les mandats locaux. Mais un maire, un député qui en est à son 4ème ou 5ème mandat n’est évidemment pas porteur de vision d’avenir ! Et que dire d’un Président de la République qui fût premier ministre il y a 31 ans ? On a montré ici à quel point les idées des partis français pouvaient être ringardes. Cela vaut bien sûr aussi bien pour la droite que pour la gauche.

5)      Depuis 1974, les partis sont de plus en plus dirigés par des énarques. Ceux-ci ont été formés à penser « intervention de l’Etat » et ils ne semblent pas avoir la moindre idée, ni de la manière dont se passe la mise en œuvre de leurs décisions sur le terrain, ni de ce qu’est l’entreprise privée, ni de ce qui se passe chez nos voisins.

6)      Le flou des responsabilités entre niveaux administratifs d’une part, le cumul des mandats qui va avec d’autre part, ne donnent pas les moyens aux citoyens électeurs d’évaluer la performance de leurs élus.

En résumé, la désaffection des français pour les politiques s’explique par l’incapacité de ceux-ci à sortir de l’immobilisme pour traiter les problèmes. La longévité des responsables et le noyautage par les hauts fonctionnaires, le fonctionnement en microcosme coupé de la vie réelle expliquent cet immobilisme.

 

Publié dans Organisation de l'Etat

Commenter cet article

verel 27/04/2006 20:49

C'est corrigé
mais je me demande bien comment j'ai pu transformer un 2002 en 1906!

Charles 27/04/2006 11:34

Six députés élus en 1906 ! Effectivement la politique conserve.Il faut diffuser l'information hors des cercles d'énarques : ce sera la fin de la désaffection pour la politique.