Reconduites à la frontière

Publié le par Abeille

 Impressions d’un magistrat

 

Cette semaine, j’ai été de permanence de reconduite à la frontière. Autrement dit, en plus de mon travail habituel de magistrat administratif chargé de juger les contentieux opposant des citoyens à l’administration, depuis ceux qui demandent l’annulation d’un permis de construire accordé à un voisin ou d’une sanction visant un collégien jusqu’à ceux qui réclament une indemnité à la suite d’un accident de la route ou l’annulation d’un marché public, j’ai jugé les étrangers en situation irrégulière. Le préfet a pris à leur encontre un arrêté de reconduite à la frontière et l’étranger demande son annulation afin de pouvoir rester en France. Et je dois décider si cet arrêté est légal et si l’étranger doit ou non retourner dans son pays… Si je rejette la requête, autrement dit si je juge que l’arrêté du préfet est légal, celui-ci devra l’exécuter : autrement dit, le renvoyer dans son pays, c’est-à-dire lui trouver une place dans un avion.

 

 

Certains étrangers ont reçu leur arrêté de reconduite par la poste. Ils sont libres et ne sont pas tenus d’assister à l’audience. D’autres ont été interpellés par la police pour une infraction au code de la route ou pour autre chose. Ils sont en rétention et comparaissent entre deux policiers ou deux gendarmes. Les centres de rétention sont des centres gérés par le ministère de l’intérieur où sont retenus ces étrangers. Ce ne sont pas des prisons encore que ça y ressemble. Les « retenus » peuvent s’y déplacer librement, téléphoner, contacter des associations. Les conditions d’hébergement sont « inégales » comme disent pudiquement les rapports officiels. Autrement dit, immondes dans certains centres et correctes dans d’autres. De toute façon, le nombre de place y est très insuffisant. Il faut donc transformer certains locaux en centre de rétention. Un commissariat, une gendarmerie, voire une chambre d’hôtel deviennent ainsi par la grâce d’un arrêté préfectoral un centre de rétention, le temps que le tribunal administratif ait statué sur l’arrêté de reconduite.

 

 

La rétention se déroule sous le contrôle de nos collègues les juges des libertés qui sont des magistrats judiciaires, autrement dit ceux du tribunal de grande instance. Elle peut aller jusqu’à 32 jours. Difficile de faire comprendre à un étranger qui ne parle pas le français que le juge devant lequel il comparait et qui va décider s’il restera en France n’est pas du tout celui qui va décider de le laisser enfermé…

 

 

Même dans mon tribunal administratif situé en province, nous sentons la pression de l’immigration clandestine et les effets de la mondialisation. La terre entière défile devant nous bien que nous ne soyons pas à Paris : Algériens et marocains évidemment, albanais, turcs, congolais, libériens, maliens, nigérians, roumains, russes, mais aussi chinois, vietnamiens et mêmes dernièrement mongols.

 

 

A chaque permanence qui dure une semaine, nous avons entre 4 et 8 étrangers en situation irrégulière à juger. Et nous prenons une permanence à peu près chaque trimestre. Nous n’avons pas à nous plaindre. En région parisienne, les collègues sont complètement débordés. La moitié des affaires jugées par certains tribunaux concerne des étrangers en situation irrégulière.

 

 

L’une des difficultés de ces dossiers est qu’il faut les juger très vite, en 72 H selon le code de justice administrative. Il n’est pas question d’attendre trois mois ou à fortiori deux ans pour décider du sort de ces étrangers. Il ne s’écoule guère plus de 2 ou 3 jours entre le moment où l’étranger ou son avocat nous transmet sa demande d’annulation de l’arrêté préfectoral et notre jugement. Et surtout, nous sommes seuls. A la différence des autres affaires que nous jugeons, nous ne sommes pas accompagnés par le commissaire du gouvernement. C’est un de nos collègues, généralement plus ancien et à l’expérience reconnue, qui a aussi examiné le dossier et qui propose publiquement à l’audience une solution juridique. C’est en fait le gardien du droit. En matière de reconduite, il n’y a pas de commissaire. Nous sommes seuls à décider. Heureusement qu’on peut discuter du dossier avec les collègues dans le couloir…

 

 

Qu’attend-on de moi ? Je dois m’assurer que la décision qu’a prise le préfet de renvoyer l’étranger chez lui est bien conforme à la loi et que celui-ci a bien bénéficié des garanties prévues par la loi et les engagements internationaux de la France. Pour parler brutalement, je ne juge pas en équité mais en droit. Ce ne sont pas mes sentiments qui comptent, la sympathie ou l’antipathie que peut m’inspirer la situation de l’étranger. Il faut respecter le droit et dans le cadre de notre marge d’appréciation, éviter à la fois le laxisme qui consisterait à annuler systématiquement les arrêtés des préfets et une attitude ultra-sévère consistant à considérer que toutes les décisions de reconduite à la frontière prises par les préfets sont légales.

 

 

Et nous sommes indépendants : le président du tribunal ou le préfet ne vient jamais nous dire : « Il serait souhaitable que vous jugiez dans tel sens à propos de cet étranger ». Pourtant, au sein du tribunal, les réputations vont vite : tel collègue est connu pour rejeter quasiment systématiquement les recours des étrangers. Telle autre est au contraire plus souple et va annuler plus facilement les arrêtés des préfets. Mais la règle non écrite est qu’il vaut mieux être trop restrictif que trop laxiste…

 

 

Les deux premiers dossiers sont arrivés. L’agent de greffe de permanence pour la reconduite vient de me les transmettre. Ils iront vite à traiter. Il s’agit d’un algérien et d’un congolais. Mais leurs dossiers sont hors délai. Interpellés par la police, ils avaient 48 H pour demander au tribunal l’annulation de la décision du préfet. Et les 48 H courent d’heure à heure  à compter du moment où l’étranger a signé le procès verbal de police où l’heure est indiquée. Pour l’algérien, il a été signé à 16 H 19 et son recours est arrivé le surlendemain par fax à 18 H 13… Le cas du congolais est à peu près identique. Bonne affaire, ils n’auront même pas droit à une audience. Je me contente de rédiger des ordonnances. Rédiger est un bien grand mot. Je prends dans mon ordinateur un modèle et avec la fonction « remplacer » de Word je change les noms, les dates et heures. Car je dois faire vite. A côté des dossiers d’étrangers, je dois aussi préparer ceux de la prochaine audience et terminer d’écrire ceux de l’audience précédente… Tout en ne sachant pas combien d’étrangers j’aurai à juger durant ma permanence.

 

 

Les autres dossiers sont recevables. Je les regarde sérieusement. Je pense que j’y passe trop de temps  et que je vais prendre du retard sur l’audience suivante. Mais je ne veux pas bâcler les choses. J’ai une jeune nigériane. Manifestement, c’est une association qui a rédigé son recours. Elle ne doit pas parler le français puisque le pays est anglophone. Je demande au greffe de prévoir un interprète. L’agent de permanence qui connaît bien son affaire n’a pas attendu ma demande pour appeler un interprète. Dans ce cas, ce n’est pas compliqué. Mais pour  trouver un interprète de langue mongole à X … Et je me souviens d’une permanence où tout un groupe de chinois avait été interpellé par la police. Il avait fallu faire appel au serveur d’un restaurant chinois pour traduire leurs propos… Pour l’albanais qui vient d’être interpellé, ça sera aussi compliqué. Impossible de trouver un interprète d’albanais à X. Tant pis, je me contenterai d’un interprète d’italien, les albanais parlant souvent cette langue.

 

 

J’entends souvent deux types de discours. Celui de la recherche de la vie meilleure. « Je suis malheureux dans mon pays où je n’ai aucune perspective. Je suis au  chômage et j’ai ma famille à nourrir. Je suis venu en France pour travailler, pas pour y être délinquant ». Mais un réfugié économique n’a aucun droit au séjour. Et je ne peux que confirmer l’arrêté du préfet.

 

 

C’est le discours que me tiens le jeune albanais. Il a une avocate commise d’office. Elle n’a découvert le dossier que juste avant l’audience. Je m’assure auprès d’elle qu’elle a bien eu connaissance du mémoire du préfet du département de L qui défend la légalité de son arrêté de reconduite à la frontière. Comme d’habitude, il l’a envoyé à la dernière minute. Et son service des étrangers n’est jamais présent à l’audience. Il est vrai qu’il est débordé par les dossiers et fait un peu n’importe quoi. Manifestement, dès qu’un étranger est en situation irrégulière, la préfecture décide de le reconduire à la frontière sans trop se poser de question sur sa situation personnelle. A nous de faire le tri.

 

 

L’avocate n’a aucun élément de droit à faire valoir pour justifier le séjour en France du jeune albanais. Il doit avoir 25 ans, il est triste entre les deux gendarmes qui l’ont interpellé à l’aéroport de Y. Je l’interroge en m’efforçant de lui sourire. L’interprète traduit nos propos. Il voulait s’embarquer pour l’Angleterre avec une fausse carte d’identité italienne. Il a quitté l’Albanie, il y a quelques jours. Il était serveur de restaurant et devait faire vivre ses parents âgés et ses 6 frères et sœurs avec son salaire. Il voulait rejoindre des amis en Ecosse et y travailler. Il demande qu’on lui donne une chance. Pauvre gars. C’est un réfugié économique. Que ferais-je si j’étais dans sa situation ? Probablement la même chose. Mais il est en France sans aucun titre de séjour. Le préfet pouvait donc le reconduire à la frontière.

 

 

Ce pauvre gars a demandé l’asile politique après son interpellation. Les gendarmes ont fait correctement leur travail en lui signalant qu’il avait cette possibilité. Mais c’est manifestement un moyen pour faire durer la procédure avant d’être renvoyé en Albanie. Il n’est pas militant dans un parti politique et est incapable d’expliquer en quoi sa vie serait menacée dans son pays. L’Office français des réfugiés et apatrides qui examinera son dossier le rejettera  à coup sûr.

 

 

A l’issue de l’audience, je remonte dans mon bureau réfléchir au jugement à rendre. En fait, au vu de son dossier, j’ai déjà écrit un jugement rejetant sa requête. Mais on ne sait jamais. J’ai déjà vu un avocat faire basculer à l’audience le projet de jugement déjà préparé. Ici, ce ne sera pas le cas. Je consulte rapidement le Dictionnaire permanent du droit des étrangers sans conviction. C‘est décidé, je rejette son recours. J’appelle le greffe qui prépare le document qui lui sera remis signalant le rejet de son recours en attendant que le jugement définitif soit prêt.

 

 

L’autre discours que j’entends souvent, c’est justement celui du turc dont j’examine le dossier. « Je suis militant politique. Si vous me renvoyez dans mon pays, je vais être torturé ». Il demande l’application  de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’Homme : « Nul ne peut être soumis  à des traitements inhumains ou dégradants ». Il est kurde, de confession alévie, une scission du chiisme, militant du MLKP, le parti communiste marxiste-léniniste et proche du PKK, le parti des travailleurs du Kurdistan, considéré depuis 2002 comme une organisation terroriste par l’union européenne. Les alévis sont considérés comme des hérétiques par les musulmans. Citoyens de troisième zone, ils sont victimes de multiples discriminations. Ils sont entre 20 et 30 millions en Turquie et formeraient 80 % des militants du MLKP.

 

 

Je juge assez souvent des turcs dont une communauté importante existe dans le département de L. Avec une belle régularité, ils affirment être militants de groupes d’extrême-gauche. L’extrême-gauche turque est un monde curieux où de multiples groupuscules se déchirent en se réclamant pour bon nombre d’entre eux du stalinisme le plus sectaire. En fait, il est clair qu’il s’agit pour bon nombre d’étrangers d’un discours de circonstance. L’Office français de réfugiés et des apatrides et la Commission de recours des réfugiés ont déjà examiné leur dossier au titre de la demande d’asile et les a rejetés. Le demandeur doit faire la preuve, en produisant tout document, qu’il encourt une menace directe et personnelle en cas de retour dans son pays. Ce qui n’est pas évident à prouver. Comme me l’a dit un jour un avocat en audience, « En 1943, les résistants français ne se promenaient pas avec dans leurs poches des attestations prouvant qu’ils étaient recherchés par les Allemands ».

 

 

En conséquence, des trafics de faux documents sont apparus. L’hebdomadaire Courrier international avait consacré en 2004 un article à un étonnant trafic, sévissant en république démocratique du Congo, des journaux confectionnant à la demande des articles expliquant comment telle personne est menacée par le régime de façon à ce qu’elle dispose de preuves lors de sa demande d’asile en Europe. De même, depuis plusieurs mois, nous voyons fleurir la production comme preuve dans les contentieux de mandats d’arrêt turcs déférant l’étranger que nous avons à juger devant la Cour de sûreté de l’Etat. Manifestement, bon nombre sont des faux, reprenant de vrais mandats d’arrêt. Avec un ordinateur et un scanner, ces documents ne sont pas trop difficiles à imiter. Bref, comment distinguer le vrai du faux dans le discours d’une personne qui ne veut pas retourner dans son pays où elle sera plus malheureuse qu’ici ? Quant au caractère personnel et direct de la menace encourue, je pense souvent aux juifs d’Allemagne qui arrivaient en 1934 en France après l’arrivée au pouvoir des nazis. C’est bien collectivement en tant que juifs qu’ils étaient menacés. Ils le savaient, mais étaient bien incapables de fournir la preuve du caractère personnel et direct de la menace. Et on a vu le résultat…

 

 

Je sais bien que certains étrangers encourent pourtant des risques réels en cas de retour dans leur pays. La démocratie a encore des progrès à faire dans pas mal de pays … Je dois donc en quelques dizaines de minutes trier tout ceci et décider… Avec le risque de se tromper ou d’être trompé… Il y a quelques temps, j’ai annulé la décision d’un préfet. L’étranger  fournissait des éléments médicaux d’un centre spécialisé dans les soins aux torturés signalant que les traces, cicatrices et traumatismes dont il souffrait étaient cohérents avec sa description des tortures qu’il affirmait avoir subi. M’a-t-il trompé ? Me suis je trompé ? Et en fait, je n’ai pas annulé la décision du préfet de le reconduire à  la frontière. Cette personne n’avait aucun droit au séjour en France. J’ai simplement annulé le pays de destination vers lequel le préfet le renvoyait, comme la jurisprudence du Conseil d’Etat le permet. Ce qui est une belle hypocrisie car il restera clandestin en France. Mais comment faire autrement ?

 

 

Je rejette le recours du turc qui n’amène aucun élément nouveau par rapport au dossier qu’il avait présenté devant l’Office français de réfugiés et des apatrides et la Commission de recours des réfugiés.

 

 

La nigériane n’a pas jugé bon de venir au tribunal. De toute façon, il n’y a pas grand-chose dans son dossier. Elle affirme qu’elle est malade et doit donc rester en France. Elle ne fournit aucun document médical. Et là encore, un retour dans son pays l’exposerait à des traitements inhumains ou dégradants car elle est chrétienne. Mais là encore, elle n’amène aucune preuve. Tant pis, je rejette sa requête. Je ne me fais pas d’illusion. Un grand nombre des personnes dont nous rejetons les recours resteront en France. Le ministère de l’intérieur a le plus grand mal à exécuter les décisions de reconduite à la frontière. 20 % environ sont effectivement exécutées. Et encore, il s’agit des décisions visant les étrangers déjà interpellés et placés en centre de rétention. Pour ceux qui ne sont pas interpellés, seules 1 % des décisions de reconduite à la frontière sont effectivement exécutées….

 

 

J’ouvre le dernier dossier. Elle est russe, d’origine tchétchène. Elle est entrée clandestinement en France en 2004. Le statut de réfugiée politique lui a été refusé. Elle s’est installée avec un compatriote titulaire du statut de réfugié politique et ils viennent d’avoir un bébé ensemble. Ils veulent se marier. Et elle s’occupe de ses trois autres enfants à lui dont la mère est décédée dans les combats à Grozny… Je ne comprends pas pourquoi le préfet a décidé de la reconduire à la frontière. En fait, ses services débordés opposent pratiquement toujours des refus aux demandes de titres de séjour.  Et laissent au tribunal administratif le soin d’annuler leur décision si besoin est…

 

 

 Manifestement, cette femme a constitué une vie familiale et personnelle en France. A l’audience, elle est présente avec son bébé et l’un des enfants de son ami. Elle m’explique qu’enseignante de langue russe, les nationalistes tchétchènes la considèrent comme une collaboratrice. Mais comme elle est tchétchène, elle n’a pas droit à un passeport intérieur, nécessaire en Russie, pour s’établir dans une autre région que celle dont on est originaire… Je décide d’annuler la décision de reconduite du préfet au motif de sa vie familiale en France. Pour les menaces, elles existent mais ne sont ni personnelles, ni directes. On verra bien si le préfet fait  appel…

 

 

Bon nombre de ceux que nous jugeons, mais pas tous, sont en fait des réfugiés économiques qui utilisent un discours de persécutés ou qui affirment avoir trouvé le grand amour en France pour y rester. En fait, ils cherchent du travail pour échapper à la misère. Je me dis souvent que je ferai certainement comme eux si j’étais dans leur situation. Dans les faits, on est bien loin du complot islamique ou de la stratégie d’envahissement, fonds de commerce de nombre de démagogues xénophobes.

 

 

Mais comme nombre de collègues des tribunaux administratifs, j’ai l’impression de vider la mer avec une petite cuillère quand je juge les étrangers. Nos pays développés et notre société de consommation attirent les pauvres comme une lumière attire irrésistiblement le voyageur dans la nuit. Vouloir prétendre régler la question de l’immigration sans agir sur les causes essentiellement économiques qui poussent des populations à prendre des risques insensés (traverser le Sahara, escalader les barrages de la frontière espagnole au Maroc, utiliser des filières mafieuses, traverser la mer sur des embarcations de fortune…) pour venir en Europe est une absurdité.

 

 

Mais nous ne pouvons accueillir en France tous les malheurs de la planète. Le prétendre en voulant accueillir tous ceux qui le souhaitent est une autre absurdité. C’est le meilleur moyen d’aller au-devant de tensions sociales graves, d’abord dans les milieux les plus défavorisés. Les comités de sans papiers et autres collectifs de solidarité feraient bien de s’en souvenir. Il est irresponsable de laisser penser aux clandestins qu’il pourraient être régularisés. L’envol des dépenses au titre de l’aide médicale d’Etat qui permet aux étrangers en situation irrégulière de se soigner est aussi une réalité incontournable. Mais ne pas les soigner peut être à l’origine de graves problèmes sanitaires. Que faire à la fois pour limiter l’ampleur du déficit de la Sécurité sociale, limiter les risques sanitaires et remplir un devoir d’humanité minimum envers des malades ?

 

 

Il faut le dire : nous ne pourrons stopper l’immigration parce que la mondialisation est une réalité.Tout au plus pourront nous plus ou moins la contrôler. Il ne me semble dès lors pas abusif de faciliter l’immigration de certaines catégories d’étrangers. Mais affirmer que ceci va résoudre la question de l’immigration est encore une absurdité. Il faudra continuer à reconduire à la frontière.

 

 

En attendant, au milieu de toutes ces absurdités et de la réforme annoncée du code de l’entrée et du séjour des étrangers en France qui n’amènera pas grand chose, je vais devoir continuer à vider la mer à la petite cuillère…

 

 

Abeille

Magistrat administratif

Publié dans International

Commenter cet article

verel 17/10/2006 20:48

Elle est bien bonne
Quelqu'un se permet à recopier entièrement cet article sur son site, je lui fais remarquer que ce n'est pas comme cela qu'on fait habituellement, et c'est moi qui dois me justifier!
Dans une partie du  monde des blogs qu'apparemment vous ne fréquentez pas, il y a une pratique qui consiste à citer sur son blog les articles qu'on trouve interessant ailleurs sur les sujets qu'on évoque et à y renvoyer. C'est une logique de respect et d'échanges gratuits. Personnellement je l'apprécie

deleted 17/10/2006 19:16

Bonjour, Par recherche Google, je suis tombée sur ce message : http://lists.indymedia.org/pipermail/imc-france-paris/2006-July/1017-xc.htmlConsultant régulièrement ce site, je suis allée voir l\\\'article en question et ensuite votre blog (ce fut facile car il y avait un lien en bas).Je me suis faite mon idée et ensuite, j\\\'ai longuement hésité avant d\\\'écrire ce commentaire. Non pas que mon IP est enregistré sur un ton menaçant (d\\\'ailleurs, avez-vous fait une déclaration CNIL ? :-p), mais tout simplement parce que le ton de votre petit message laisse supposer que vous pourrez rapidement vous permettre si ce n\\\'est d\\\'identifier le site à ma personne, mais du moins m\\\'identifier au « copieur ». Je vous rassure, ce n\\\'est pas moi. Enfin... Vous penserez ce que vous voudrez.Alors j\\\'ai regardé et je me suis étonnée que vous n\\\'ayez remarqué la copie qu\\\'en juillet alors qu\\\'il y a un trackback depuis début juin. Au moins, cela prouve que le « copieur » (appellons-le maintenant comme ça) n\\\'a pas essayé de vous plagier, vous contrefaire secrètement ou autre puisqu\\\'il vous a averti publiquement apparement en même temps qu\\\'il a copié votre texte pour le publier sur un autre site. Et que sur ce même site, il y a un lien vers le billet original d\\\'où j\\\'écris ce commentaire.Partant du principe que ce qui est important c\\\'est ce qui est dit et non pas qui le dit, je ne comprends vraiment pas ce que vous sous-entendez par « Chacun ses méthodes.... ». Vous aurez compris que c\\\'est bien une attente d\\\'explication sur cette phrase qui a motivé mon commentaire (les mauvaises langues diront : « une preuve de plus que c\\\'est elle le copieur »).Vous êtes vous senti spolié ? de quoi ?Ne pensez-vous pas que dans une optique de partage et de diffusion d\\\'information, une copie partielle n\\\'a que valeur de prospectus ?N\\\'êtes-vous pas pour le partage ? Comptez-vous faire payer vos billets ? ou alors voulez-vous savoir exactement combien de personnes les lit afin de vous rassurer de votre talent ?Je pense qu\\\'il vaut mieux que j\\\'arrête les questions car elles commencent à se remplir de sous-entendus nuisibles.Sincèrement,Anne

Fer13 11/06/2006 12:21

Merci.

renoi 10/06/2006 00:50

Oui très bon article, mais qui nous renvoi toutes et tous devant la question posée: ". C’est bien collectivement en tant que juifs qu’ils étaient menacés." puisque nous nous trouvons dans une situation où le problème n'est pas le côté juif mais le côté économique: "nous ne pouvons accueillir en France tous les malheurs de la planète" que l'on doit laisser ces malheurs en entrainer d'autres: racisme, xénophobie, repli nationaliste, populisme opportuniste, etc.Toutes ces conséquences de ces non-résolutions de problèmes (trop vastes? mondialisés?) ne font que nous entraîner un peu plus encore vers ce que l'on tente de fuir.La barbarie change de méthodes et de visage, mais elle est toujours présente. Et il me semble au regard des crispation mondiales que nous sombrons à nouveau dans un âge sombre, mondialisé.Il ne faut pas (d'autant plus maintenant) subir sans rien dire, surtout si l'on a la chance d'être dans un "pays démocratique".Je suis d'accord sur le constat de ce malheureux magistrat, pris entre le marteau et l'enclume en sachant qu'il fait partie de l'un et/ou de l'autre, au choix; je ne suis pas d'accord sur sa manière de règler le problème. Mais il a déjà écrit ce papier, et donc fait montre d'une réflexion que beaucoup n'ont ou n'osent pas.Laissons un peu la conscience faire son chemin. J'espère...

Hugo TAUPIN 12/05/2006 08:05

Bonjour,Ayant visité votre site, je crois qu'il fait avancer le débat sur les présidentielles qui se préparent pour 2007.Je gère actuellement un site, justement sur les présidentielles, à l'adresse : http://presidentielle.2007.free.fr/ .J'aimerais faire figurer un liens vers votre site sur le mien. En contrepartie, je vous propose d'en mettre un sur le votre également.Si cette proposition vous interesse, je vous remercie de m'écrire à l'adresse presidentielle.2007@free.fr .Dans l'attente d'une réponse de votre part,cordialement,Hugo TAUPIN

brigetoun 10/05/2006 23:02

suivez vous ce soir le débats à l'assemblée. On parle justement des reconduites, du résultat qui s'améliore avec 25.000 par an. de la commission qui propose que le délai de rétention puisse être de six mois, de la lutte réussie ? contre le proxénétisme (ce qui ne doit pas concerner la majorité des cas), de rendre si j'ai bien compris les arrêtés de reconduite à la frontière directement exécutables sans procédure ? petit-jardin le pouvoir de l'auteur est très limité.
Mais il semblerait que d'après l'OCDE nous sommes l'un des pays qui comporte dans la mesure où c'est mesurable la plus faible proportion de clandestin, ce qui est d'ailleurs un peu vexant.
L'une des solutions est le co développement, mais sur cela la loi est quasiment muette et les amendements de Madame Boutin ne sont pas passés 

petit jardin 10/05/2006 16:18

Merci de nous mettre au coeur d'une réalité de la justice rendue en notre nom. Ceci est à juxtaposer à l'excellente note sur le blog d'Eolas intitulée Air Chiotte qui démontre que la suite donnée au reconduite à la frontière est beaucoup moins rose. Ceci peut-il inciter l'auteur à réflechir sur le rôle qu'il joue ? Comme il le dit lui même l'essentiel est de se consacrer à l'équilibre entre pays pauvres et pays riches. Au fait qui s'y consacre ici ?

clic 10/05/2006 11:22

la multiplication des points de vue informés, voulais je dire...

clic 10/05/2006 11:21

Merci pour ce texte. Pour moi qui vient de découvrir les blogs, il contribue à ce que je trouve le meilleur dans les blogs: la multiplication des points de vue.Deux remarques ceci-dit:il me semble que sur éconoclaste nous a été expliqué il n'y a pas longtemps que l'immigration n'était pas nécessairement un problème (économiquement) puisque aux coûts liés à l'immigration il faut retrancher ce qui en est produit. Avec cet exemple qu'ils ont utilisé à plusieurs reprise des immigrés cubains qui ont été absorbés en Floride sans que cela ne pose de problème. Par ailleurs, l'aide au développement dont on parle tant se fait souvent à travers le réinvestissement de l'argent gagné en France dans le pays d'origine.Mais surtout, je m'interroge sur cet usage du droit, sur cette idée qu'on fait du droit et non de la morale. Cela me fait penser à un livre de Nils Christie, "l'industrie de la punition". Christie montre le développement d'une conception rationnelle/bureaucratique/industrielle du jugement (sous l'influence du développement d'un marché de la peine et des doctrines du "juste dû") qui tend à étendre la "clientèle pénale" en dehors de toute réflexion sur ceux qu'il est juste de condamner. La justice (pénale) nous dit Christie, est devenue une instance rationnelle où les critères d'efficacité et de régularité sont devenus premiers. Encore une fois, le parallèle n'est pas pleinement soutenable, mais j'ai ce sentiment là en lisant ce texte, où l'auteur semble s'excuser de prendre des décisions qu'il considère immoral en se  justifiant des contraintes organisationnelles (je dois faire vite, je n'ai pas le temps de tout bien faire, la défense à les dossiers au dernier moment) et en comptant sur l'innefficacité du système bureaucratique qui l'oblige à statuer (je sais qu'il n'est pas très juste que cette personne soit expulsée, mais je suis obligé et j'ai de bonnes chances pour que ma décision ne soit pas mise en application).Bref, je ne peux que vous conseiller l'ouvrage de Christie, vous pourrez me dire mieux que je ne peux le savoir si son analyse vous convainc.

GroM 10/05/2006 11:11

Excellent article. Une bien triste situation qui n'apporte qu'une certitude: ceux qui prétendent "résoudre" le problème sont des menteurs.