Au revoir, Serge

Publié le par verel

Serge July quitte Libération. On aime ou on n’aime pas le bonhomme ou le journal , le fait est que parmi la multitude de lancement de quotidiens qui ont fleuris dans es années 70 et 80, le seul qui ait réussi et qui ait pris une place notable dans la presse nationale, est le quotidien dirigé pendant une génération  par l’ancien maoiste reconvertie. Et des reconversions, il en a faites ! Qui aurait cru au moment du lancement de ce journal gauchiste qu’il publierait un jour les cours de bourse ou qu’il reprocherait à toute la gauche du non ce choix ?

 

Comme il le dit dans son édito d’adieu, la presse est confrontée à une sacrée révolution, avec d’une part l’arrivée des gratuits et d’autre part la montée du numérique. Le Monde est dans ce domaine sans doute beaucoup plus menacé qu’on ne l’imagine

 

En attendant de vois ce que ses successeurs feront de son quotidien, comment les autres sauront ou non gérer la révolution en cours, je voudrais dire « au revoir, Serge ». Car j’imagine qu’on le retrouvera. A la télé ou dans un livre

 

Publié dans Politique

Commenter cet article