Quelques propos

Publié le par verel

Difficile de se mettre à son clavier par une chaleur pareille. J’ai plusieurs sujets en tête à propos des fonctionnaires ou du congrès de la CFDT mais je n’arrive pas à m’y mettre où à exprimer clairement ma pensée. Alors je vais relater quelques propos en vrac sur des sujets d’importance très inégales, sur lesquels je n’ais pas envie de faire un article complet (mais peut être devrais je m’habituer à faire des articles plus courts ?)

 

Hier une collègue m’a demandé si j’avais fait un article sur le Liban, m’expliquant qu’elle était toujours prise par l’émotion sur ces sujets qui concernaient Israël et les palestiniens. Devant les émotions ui peuvent nous submerger dans un conflit dont les premières victimes sont les civils, les enfants, les femmes, devant les attitudes scandaleuses des uns et des autres, il est pourtant important de rester sur la seule ligne qui me parait juste : il faut que chaque partie accepte de vivre au coté de l’autre. On ne construira un avenir que si on arrête non seulement les méfiances, mais le décompte des crimes commis par l’autre partie. C’est ce que Briand et Stresemann ont tenté malheureusement en vain entre les deux guerres, c’est ce que la France et l’Allemagne ont réussi depuis 1945.

 

Le même jour, j’ai appris que les femmes représentaient 3% des prisonniers français (donc les hommes 97%). Les petites filles ont l’habitude de jouer à toute une série de jeux de règles. Baudelot et Establet, dans « allez les filles » expliquaient que la supériorité des filles en grammaire était directement lié&e à cette caractéristique. Il est vrai que la Coupe du Monde de foot a donné l’impression que les joueurs avaient surtout appris à essayer de tricher et de tromper l’arbitre.

 

Une autre de mes collègues me racontait sa surprise d’avoir découvert, il y a une douzaine d’années, dans une grande entreprise publique, que des membres du comité de directions votaient aux élections professionnelles comme s’ils n’avaient pas conscience que les responsabilités qu’ils avaient étaient celles d’un employeur. A titre de comparaison, une quinzaine de membres de mon entreprise, qui en compte 600 en France, ne votent pas aux élections professionnelles. Il ne faut pas s’étonner que ce type d’entreprise ait eu des difficultés !

Publié dans International

Commenter cet article

verel 23/07/2006 12:43

A bridgetoun
Je ne pense pas que ce soit une question de faiblesse. Je ne suis pas sur que les filles soient plus faibles que les garçons jusqu'à mettons 10 ans. Mais elles sont sans doute plus stables et cherchent moins la violence.
Que ce soit dans 'le petit nicoals, la guerre des boutons ou le petit spirou, ce sont bien généralement les garçons qui cherchent la bagarre!
 
evidemment, ce sont des comportements moyens et il existe autour de cette moyenne tout un tas de comportements individuels variés

brigetoun 23/07/2006 10:38

essai d'explication, ls filles étant plus faibles, connaissent l'importance des lois ; les peuples églament devraient pouvoir se reposer sur la droit international