L'économie allemande et le football

Publié le par verel

Décidément, Le Monde, journal auto proclamé de référence que je persiste à acheter régulièrement, manque de rigueur. Dans le numéro daté de ce vendredi, un titre en bas de première page a attiré mon attention : « Conjoncture, L’Allemagne après la Coupe »

 

En dessous du titre, on trouve les phrases suivantes :

 

« Malgré la légère baisse du moral de patrons enregistrée en juillet, l’économie allemande reste dynamique, grâce aux effets du Mondial de football. Les économistes sont confiants. »

 

Quand je lis cela, je comprends que la Coupe du Monde a contribué au dynamisme de l’économie allemande. Et je m’étonne, car je ne crois guère à ce genre d’effet. Je l’ai d’ailleurs écrit il n’y a pas longtemps, en revenant sur le cas de la France en 1998.

 

Je vais donc page 12 pour en savoir plus, et je tombe sur un grand titre, qui enfonce le clou : « Après le Mondial, la croissance allemande cherche un second souffle ».

 

Donc, j’ai tort, le Mondial a bien favorisé la croissance, mais maintenant qu’il est fini, il va falloir trouver un relais. C’est du moins ce que je comprends, pas vous ?

 

Et cette impression est confirmée par la partie du texte que le journal reproduit en grand : « La Coupe du Monde, ses préparatifs et ses suites pourraient avoir créé 50 000 emplois outre Rhin »

 

Et bien, j’avais mal compris. Le corps du texte me donne une autre explication :

 

Il y a effectivement une reprise en Allemagne depuis un an. Pour 2006, le taux de croissance est prévu entre 1.8 et 2%, ce qui est un net progrès après de années de langueur. Elle a permis une réduction du nombre de chômeurs de  29 000 par mois (soit environ 340 000 par an). Et aujourd’hui un excédent de 3.8 milliards d’euros au premier semestre pour l’équivalent de l’Unedic. Mais sa principale cause, ce sont les exportations.

 

Et les économistes sont un peu inquiets pour la poursuite de cet effet, à cause notamment de la force de l’euro. Alors ils aimeraient que la consommation prenne le relais. Et qu’il y ait un effet Coupe du Monde, qui pourraient atteindre les 50 000 emplois évoqués plus haut.

 

Mais la réalité est que la consommation progresse peu : seulement +0.8% sur les premiers mois de l’année. Et les ventes de détails ont chuté par surprise de 2.2% au mois de mai.

 

En clair, on aimerait bien qu’il y ait un effet Coupe du Monde. Mais on n’a pas encore tous les chiffres (ceux de juin et évidemment de juillet ne sont pas parus) Et les seuls qu’on ait, ceux de mai, disent exactement le contraire. Ce qui ne veut pas dire que ceux de juin ou juillet n’iront pas dans l’autre sens. Mais on n’en sais rien. Alors en attendant, on fait des titres trompeurs.

Publié dans Economie

Commenter cet article

brigetoun 30/07/2006 12:51

très joli décorticage - les peaux-fausses-annonces successives

Fabien 29/07/2006 22:41

C'est vrai que c'est bizarre d'avoir des titres aussi clairs avec des infos si imprécises !Le pire que j'ai vu dans le Parisien :l'annonce d'un risque de guerre nucléaire entre Inde et le Pakistan marqué... en page 7 !D'ailleurs, il nous faudrait créer une sorte de veille médiatique quant aux articles traitant de l'Europe...Mais c'est en préparation, je vous en reparlerai Vérel ! ;-))

Verel 29/07/2006 20:24

La dérive du journal m'a fait demander un moment si je n'allais pas rejoindre Bruno Frappat à la Croix, journal que je trouve par ailleurs un peu court. J'avais espéré que le départ de Plenel et l'arrivée de G Courtois allait me permettre de retrouver ce que j'appréciais dans mon quotidien. Il y a eu un net mieux, mais très loin de ce que j'espérais.
Je m'aperçois que j'ai des infos aussi par les blogs
 

albertine 29/07/2006 19:50

De telles complaisances m'ont conduite à résilier mon abonnement il y a quelques années. C'est le plus grand reproche que je ferais au Monde (que j'ai tant aimé) : avoir autant sacrifié à l'air du temps.