Politique et moeurs

Publié le par verel

Aux USA, un nouveau scandale de mœurs affaiblit la majorité républicaine à l’approche des élections de mi mandat. D’après le Monde daté du 5, il pourrait faire perdre la majorité au parti de M Bush

 

L’élu de Floride qui vient en effet de démissionner,  est accusé d’avoir envoyé des mails sexuellement explicites à des garçons, mineurs et stagiaires au Congrès. Il co-présidait le groupe parlementaire sur les enfants disparus ou exploités. L’opposition démocrate reproche à la direction républicaine d’avoir étouffé l’affaire.

 

Vu de France, l’importance donnée à ces affaires de mœurs en Angleterre ou aux USA parait assez exagérée. Chez nous, le fait pour un homme politique d’avoir des aventures est plutôt considéré comme une preuve de virilité et de charme. Giscard, Mitterrand ou Chirac ont eu dans ce domaine  une réputation bien établie sans que cela leur soit reproché. Il est vrai qu’on restait dans les normes hétérosexuelles, mais il n’est pas prouvé qu’on était toujours loin du harcèlement.

 

Au-delà d’une opinion majoritairement plus prude qu’en France, les scandales répétitifs s’expliquent aussi par l’incohérence entre les discours et les pratiques. Les mœurs de certains élus sont d’autant plus inacceptables qu’ils basent leur campagne sur le fait de défendre les valeurs morales. C’est ce qui avait choqué dans les comportements de certains députés conservateurs au Royaume Uni. C’est ce qui choque dans les affaires de prêtres pédophiles.

 

Peut on connaître en France des campagnes médiatiques sur de tels sujets ? La question se pose t’elle encore après la manière dont la presse (et en particulier le Monde) a traité l’affaire Baudis, dont on pouvait cependant trouver dès le départ les fondements douteux ? Le développement chez nous d’une presse de caniveau n’incite pas à l’optimisme.

 

Ce qui est peut être nouveau aussi, c’est la manière dont certains responsables politiques se mettent eux même dans le champ de la morale, au risque d’un retour de bâton.

 

Je ne pense pas ici aux P De Villiers et autres C Boutin, qui ont fait leur un discours militant sur les mœurs. Je pense plutôt à nos deux principaux presque candidats.

 

Nicolas Sarkozy s’est déjà pincé les doigts : en médiatisant outrageusement sa famille, en donnant un rôle important à Cécilia, il a pris un risque, lequel s’est concrétisé l’année dernière, apparemment sans trop de dommage sur sa côte de popularité. Ségolène Royal défend elle aussi certaines valeurs morales et familiales. Certains considèrent aujourd’hui qu’il y a une certaine incohérence à refuser de se marier (donc à considérer que les relations dans le couple ne regardent pas l’Etat) et dans le même temps à mettre la famille au cœur de son discours politique. Il est vrai que cela ne va pas bien loin et que de plus elle est maintenant pacsée.

 

Un certain nombre d’éléments commencent donc à se réunir pour que, comme en Amérique, les questions de mœurs prennent place dans nos campagnes électorales. Je ne l’espère pas.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

B. 08/10/2006 13:35

. L’irruption de la morale individuelle dans le débat politique m’inquiète ; la conduite des affaires publiques exige des qualités d’intelligence, de volonté : analyse et décision, avec un zest de génie si possible…J’attends des politiques qu’ils nous éclairent et nous conduisent utilement. Je n’attends pas qu’ils me servent d’exemple. Qu’un(e) politique pique raisonnablement dans la caisse et couche avec sa bonne ou son secrétaire ne m’intéresse pas vraiment.
. Au-delà de l’image people, ce qui m’inquiète chez nos candidats, c’est la place réelle de leur famille. Que Sarkozy impose sa femme comme un alter-ego ne rassure pas : il humilie le pays comme certains mauvais rois humiliaient le pays en faisant tout dépendre de maîtresses capricieuses. Qu’il laisse son fils (9 ans) troubler une rencontre avec des hauts fonctionnaires (lu dans le Canard Enchaîné) est lamentable. Sur ce point je pense que Ségolène Royal sera bien plus rigoureuse.
.
La France
accepte mieux que l’Amérique que ses politiques soient sexués ; le contraire inquièterait même. Je pense que même une aventure homosexuelle passerait sur des haussements d’épaule (avec quelques ricanements pas très fins). Mais qu’un mineur soit impliqué ne pardonnerait pas : il y a là un tabou – le seul sans doute qui donne encore à notre société l’illusion d’être morale.
. Enfin, me semble-t-il, ce qui menace un peu le Parti Républicain, ce n’est pas tant qu’un de ses responsables ait pu fauter ; mais que le Parti ait dissimulé l’affaire et donc ait menti. Ça, c’est le tabou américain…

olivier (autourdesmatins) 07/10/2006 09:23

je répète : ok avec ce point du harcellement, sans condition.
Mais vous est-il arrivé de penser, ne serait-ce qu'une seconde, le temps d'un éclair de doute, vous le bardé de certitudes,
que parmi les adversaires de Foley, il y a beaucoup de parlementaires US qui, défendant la jeunesse, acceptent sans broncher qu'on condamne à mort des mineurs, des handicapés mentaux, qu'on enferme des gamins... ?
Je crains que mon D ieu, ne soit pas le vôtre. Définitivement.

verel 06/10/2006 15:45

Pour mettre les points sur les i, ce qu'à fait le représentant de Floride, cela s'appelle du harcélement par personne ayant autorité
Tous ceux qui ont au à subir les comportements de toute sorte d'un supérieur hiérachique comprendront de quoi je parle

verel 06/10/2006 15:14

Même cause, même punition

olivier (autourdesmatins) 06/10/2006 14:21

J'en étais certain Verel. N'importe quoi. Tous les conformismes du temps... comment auriez vous résisté à quoi que ce soit ?

Verel 06/10/2006 13:43

Après réflexion, j'ai décidé de censurer deux commentaires d'un mêm intervenant, l'un pouvant être interprété comme une incitation à la pédophilie, l'autre étant une attaque personnelle contre un tiers

James Arly 05/10/2006 14:57

Et personne n'a remarqué le regard triste et le sourire contraint de la miss Cécilia ?...

verel 05/10/2006 14:04

Plus de la moitié des premiers nés le sont hors mariage, il serait ridicule de le reprocher à Ségolène
Ce qui peut paraître illogique, c'est de considérer dans sa vie privé que son organisation de famille ne regarde pas l'Etat et de s'exprimer ensuite en mettant la question de la famille au coeur de son discours politique
Il est évident que cette illogisme ne fait pas un sujet de scandale!

brigetoun 05/10/2006 11:48

peut être n'y-a-t-il pas des types assez stupides pour envoyer des courriels sexuellement  explicites à des stagiaires  ?
ne pas se marier n'est plus une transgression depuis longtemps
et puis Ségolène Royal (que je e défends pas) communique sur ses enfants, pas sur son couple 

Laurent GUERBY 04/10/2006 23:26

Dans les affaire de moeurs récentes, il y a un membre du gouvernement qui s'est fait prendre avec une prostituée mineure (j'ai oublié le nom, je crois que l'affaire est encore en cours).Franchement je ne vois pas d'accélération ou de changement négatifs sur le sujet en France, et même des évolutions lentes et plutot positive : divorce accepté (c'est Rocard non qui avait initié le bal ?), union libre aussi (Royal), homosexualité plus vraiment stigmatisée, etc...Même si je ne suis pas un fan de Sarkozy, je pense que le point négatif qui ressort c'est la manipulation médiatique de ce genre d'image fabriquée plutot que la vie privée du personnage qui fait tache.Ma soeur a eu deux enfants avant de se marier, des couples d'amis vivent ensemble depuis plus de 10 ans sans être mariés, bref nos hommes et femmes politiques ne sont pas très loin des français sur ce point.