Electorat frontiste

Publié le par verel

Le Monde reprend dans son édition de dimanche une étude de l’IFOP. L’article est complètement incompréhensible, les chiffres abondamment cités étant différents de ceux qui sont sur le graphique voisin. On comprend que dans le deuxième cas on regarde la proportion de sympathisants du FN dans une catégorie alors que dans le premier on s’intéresse à la proportion de cette catégorie parmi les sympathisants du FN, en comparaison avec son importance dans la population française. Mais même ainsi, il y a des incohérences. Par exemple, le graphique montre que ce sont les communes urbaines de province qui sont les moins favorables au FN, alors que l’article indique que c’est la région parisienne.

L’IFOP ne publiant pas l’étude en question, on reste sur sa faim. Ceci dit, il n’y a guère de nouveauté à nous dire que le FN ratisse surtout chez les ouvriers et les retraités.
. Un petit encart aborde la question des signatures à trouver pour que le leader frontiste participe à l’élection présidentielle. Au-delà du cinéma qu’il va certainement nous faire sur le sujet, on ne peut imaginer qu’il soit interdit de participer par cette procédure. A partir du moment où l’on n’a pas considéré qu’il fallait interdire ce parti, il parait anti-démocratique d’imaginer que celui qui a été au deuxième tour en 2002 ne puisse pour cette raison des signatures participer au premier tour cette fois !
Le risque que le vieux borgne soit à plus de 20% des voix n’est pas négligeable. Il faut donc dénoncer ce que sont réellement ses idées.

Publié dans Politique

Commenter cet article

brigetoun 06/11/2006 11:44

problème : ses électeurs se méfient de toute littérature n'émanant pas de son courant, et se refusent à toute analyse précise - ils réagissent au sentiment 

James Arly 06/11/2006 10:36

Arf ! Des journaleux qui s'emmêlent les doigts sur leur calculette à chiffre ! Ce n'est pas nouveau...

Heu 06/11/2006 07:51

Heu : le nouveau programme du FN est paru et est là :http://www.frontnational.com/doc_programme.phpOn remarquera que le dernier quinquénat aura été pour le FN l'occasion de voir à peu près la moitié de ses propositions adoptées par l'actuelle majorité, ce qui me semble être un succès politique indéniable.

Professeur Couillon 06/11/2006 02:01

Pas une seconde, je ne crois que Jean-Marie Le Pen, compte tenu du nombre d'élus de sa formation répartis dans le pays, puisse avoir des difficultés à obtenir ses parrainages. Quels que soient les sondages, il me paraît en outre évident que son potentiel électoral reste fort : pourquoi, alors même que rien de ce que fait son fond de commerce n'a changé, ferait-il moins bien qu'en 2002 ? Du reste, l'attitude d'un ministre de l'Intérieur prompt à rebondir sur le moindre fait divers, d'un ministre qui dédouane les électeurs frontistes en laissant entendre qu'il partage leurs valeurs, me semble de nature à en décomplexer quelques-uns de plus. J'ignore ce que vaut l'information, parce que je n'ai pas pu en vérifier la source, mais j'ai entendu parler d'un "sondage" des RG qui accréditerait Le Pen de 25% d'intentions de vote au premier tour. Il y a de quoi inquiéter. Mais c'est effectivement en combattant ses idées (mais aussi en dénonçant ses stratagèmes) qu'on peut l'empêcher encore d'accéder au pouvoir… En espérant qu'il ne soit pas trop tard…