Le mythe des citoyens experts

Publié le par verel

J’entendais hier la reprise d’un de ces jeux où le candidat peut demander au public de l’aide pour répondre à la question posée. Il était repris car à la question « qu’est ce qui tourne autour de la terre, 56% des spectateurs présents dans la salle avaient répondu « le soleil ». Voilà un magnifique exemple du fait que les citoyens peuvent se tromper collectivement, même sur une question dont ils ont normalement appris la réponse à l’école. Est-ce pour autant la fin des citoyens experts ?

Dans ce domaine du participatif, deux erreurs classiques sont à éviter :

penser que les participants ont forcément la bonne solution

penser que parce qu’ils se trompent sur la solution, ce qu’ils disent n’a pas d’intérêt

Le premier point me rappelle une démarche participative que j’avais mené dans une usine utilisant des techniques assez pointues en métallurgie et dont la plupart des cadres de production avaient un doctorat dans ce domaine. L’une des sorties de la démarche avait consisté à organiser la manière dont les ouvriers (niveaux bac pro à bac +2) pouvaient contribuer au progrès des méthodes de travail. Le cadre qui animait un groupe avec moi en avait conclu qu’il n’avait plus à être un expert mais un manager. J’avais été obligé de le détromper : s’il était dommage de se priver du savoir des ouvriers sur leur métier, il aurait été encore plus dommage de se priver de ses compétences. Il était utile que chaque partie prenne à mieux écouter ce que l’autre avait à lui apporter, et en particulier que le cadre utilise son expertise pour trier dans les propositions des ouvriers.

Le deuxième point est peut être moins classique mais tout aussi important. Il n’est pas rare d’entendre sur un sujet quelconque, une personne faire une suggestion manifestement inapplicable ou dépourvue d’intérêt. L’expérience montre qu’il est souvent utile, au lieu de se contenter de balayer d’un revers de main cette suggestion, d’essayer de comprendre ce que cherche la personne à travers cela : une suggestion, en particulier sur le travail, correspond le plus souvent à un problème que la personne subit et qu’elle veut solutionner, parfois très maladroitement. Identifier précisément ce problème est un pas important vers sa solution.

Ce n’est pas forcément facile. J’entendais récemment Christian Blanc expliquer qu’au moment de la crise en Nouvelle Calédonie, tout le monde se positionnait autour d’une solution, pour ou contre l’indépendance, et l’île entrait inexorablement dans la guerre civile . Il a compris que la bonne question n’était pas celle là, mais celle de la reconnaissance de l’identité d’un peuple qui se sentait nié. A partir de là, il a pu construire avec les responsables une solution durable (elle tient depuis maintenant 18 ans ½) parce que répondant à la vraie question.

On comprend bien à partir de toutes ces remarques, que je ne me retrouve pas dans les positions prises par Ségolène Royal. Elle a pourtant compris un des points majeur des attentes des citoyens, celui de demander à être traité de plain pied, d’égal à égal par les élus.

Cependant, on observera que le travail participatif qu’elle a enclenché au printemps ne débouche pas. L’appel à la participation a rencontré une demande qui, même si elle est très minoritaire à l’échelle de la nation, représente un effectif non négligeable. Et les participants concernés ne semblent pas pour l’instant déçu par les difficultés d’avancement. Mais on en est toujours au deux premiers chapitres, et ceux-ci se contentent de faire des constats, souvent extraits de livres d’experts reconnus.

Pour répondre aux besoins des français, il ne suffit pas de lire les enquêtes d’opinions et d’utiliser toutes les recettes du marketing. Oh, bien sûr, cela peut permettre d’être élu, comme J Chirac l’a compris depuis longtemps. Mais après ?  S’agit il de chercher le pouvoir pour le pouvoir, comme notre Président actuel l’a toujours fait ou pour agir dans l’intérêt du pays ?

Ce dernier objectif suppose la capacité à identifier les questions majeures et à trouver les leviers du changement. Pour l’instant, Mme Royal montré sa capacité à dire tout haut ce que les Français pensent tout bas (comme je l’ai entendu dire par une militante dont la culture politique limitée ne lui permet pas de savoir quelle répète les mots d’un certain JMLP), à obliger les responsables socialistes à regarder en face des questions qu’ils préféraient ignorer jusqu’à présent. Mais elle n’a montré ni sa capacité à les interpréter, ni sa capacité à trouver des solutions. Après avoir glosé sur les citoyens experts, elle nous dit qu’elle saura s’entourer d’experts pour résoudre les problèmes qu’en tant que Présidente elle aura désigné comme prioritaire.

Sa vision du rôle du président de la République est l’inverse de celui prôné par N Sarkozy ou DSK ; qui se voient en super premier ministre. Elle se voit définissant le cahier des charges à suivre par son gouvernement, à partir des priorités et des valeurs que les Français auront choisi à travers elle. Malheureusement, si elle a montré qu’elle savait entendre les inquiétudes de nos concitoyens, elle n’a pas montré sa capacité à les traduire dans des objectifs adaptés ou dans une stratégie d’action. C’st comme cela qu’on se retrouve avec une « solution » comme l’interdiction aux entreprises bénéficiaires de délocaliser ou l’idée de deux adultes dans les classes difficiles.

Dans un pays qui vient de montrer qu’il a un problème crucial de croissance, elle affirme dans Le Monde du 11novembre : « Aujourd’hui, le pays est bloqué parce qu’on a un Etat central qui s’oppose aux régions sous prétexte que les régions sont dirigées par les socialistes. Si l’on crée un mouvement de confiance et si l’Etat central tire dans le même sens que tous les acteurs économiques, on peut relancer durablement une croissance durable. J’y crois »

Et bien pas moi ! Et pourtant je suis pour que les régions prennent le leadership dans la micro économie. Mais cette déclaration, c’est de la bouillie pour chat.

Ségolène Présidente, ce n’est qu’une façon renouvelée de rester dans l’immobilisme et dans le non traitement des problèmes majeurs comme celui du déficit budgétaire ou de la croissance.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Malakine 27/11/2006 20:58

J'ai été très surpris que les propos de SR lors du grand jury n'aient pas entrainé plus de polémiques. C'était affligeant ! J'arrive au pouvoir. L'économie reprends confiance. Les chômeurs se forment. Les entreprises se mettent à recruter ect ...
C'est vraiment la preuve que les journalistes sont plus qu'indulgeant avec elle !

James Arly 16/11/2006 12:26

Magnifique !
Pour les deux points : J'en suis venu à faire deux constats : D'abord Platon nous expliquait déjà que ce n'est pas parce que la Cité désignait "Untel" comme étant le meilleur cordonnier de la ville que "l'Autre" était moins bon... (Ce relativise toutes les "z'études de marché"). Par ailleurs, il est pourtant vrai, sur le terrain, que le "B - quelque chose" détient une part de vérité quant aux tâches qu'on lui confie : Il s'agit donc d'opérer une "maëutique appliquée" à son égard... Au manageur d'en tirer les conséquences !
Et ça marche : C'est d'ailleurs un puissant outil de performance en "milieu laborieux" (l'entreprise) et de plus il est "valorisant" et à juste titre, pour le gars qui émet l'idée de progrès derrière sa machine... En plus, ça devient "son idée"... Et on peut même faire l'inverse sans qu'il ne s'en aperçoive : Lui suggérer un mode opératoire différent, qui "te saute aux yeux" (mais pas à lui), qu'il va rejeter infiniment à la première approche, mais qui va faire son chemin et qu'il va finir par restituer "à sa sauce", qui sera la bonne !
Magnifique je te dis !

Olive 16/11/2006 11:07

Elle s'est permis de servir également ce que vous appelez de la "bouillie pour les chats" sur la dette publique dimanche 18 (sur RTL).
Sa réponse consistait à s'en remettre au retour de la croissance. C'était celle d'un responsable politique qui :
- soit n'a pas pris la peine de lire les 10 premières pages du rapport Pébereau, preuve d'incompétence,
- soit joue sur l'infantilisme national quant à l'appréciation de la gravité des dérèglements actuels pour se faire élire, preuve de cynisme,
Que les militants socialiste nous préservent ce soir de ces deux maux !

marc d HERE 16/11/2006 08:37

Il ne faudrait pas jeter le bébé avec l'eau du bain...Et sous prétexte que Ségolène présente mal et de manière politicienne, des sujets comme la démocratie participative ou le rôle des régions, en nier l'importance. Régionalisation et démocratie participative sont sans doute au coeur de toute démarche de rénovation de la politique.....

verel 16/11/2006 08:36

A J Heurtault: interdiction ou remboursement des aides, c'est de toutes manières une anerie, voir l'article d'OBO Et le message conduit à faire cxroire qu'on peut empêcher les délocalisations. On a vu le même débat à propos de Hexlette Packard à qui on voulait faire rembourser 2 millions d'aides quand le plan social coûtait plus de 200 millions: on trompe l'électorat en lui faisant croire que cela peut avoir un effetSur les deux adultes, relisez moi, j'ai bien écrit "dans les classes difficiles"

Jacques Heurtault 15/11/2006 23:43

Où avbez vous lu qu'elle voulait interdire aux entreprises bénéficiaires de délocaliser? Moi, j'ai compris qu'elle voulait que l'on oblige les entreprises qui avaient bénéficié d'aides publiques à rembouser ces aides si elles délocalisaient. Ce n'est pas du tout la même chose!Même remarque pour les deux adultes. Elle n'a jamais dit qu'il fallait en mettre dans toutes les classes. Mais seulement là où c'est nécessaire.