Scénarios noir (1)

Publié le par verel

 

L’écart entre les discours politiques et les problèmes de notre pays me rend parfois pessimiste. J’en viens à élaborer des scénarios noirs pour ce qui nous attend en 2007. J'avais commencé à en écrire plusieurs et je comptais les publier dans un certain ordre. L'actualité du jour et du PSG m'incite à publier en premier celui qui était prévu en troisième. Il s'agit bien sur d'un scénario peu réaliste et caricatural.

 

Troisième scénario : Jean Marie Le Pen

A deux semaines de la clôture du dépôt des candidatures à la présidentielle un incident éclate dans le Val de Marne : pris dans une embuscade par des jeunes loubards, deux policiers sont tués. Les policiers arrivés en renforts ont du faire usage de leur arme à feu, faisant trois victimes. Nicolas Sarkozy défend ses troupes qui étaient en état de légitime défense et réclame la plus grande sévérité pour les jeunes meurtriers. Alors que les tensions montent dans les cités, on apprend 48 heures plus tard que les policiers qui ont utilisés leur arme à feu sont intervenus 2 heures après avoir appris la mort de leur camarade. Non seulement ils ont maquillés les faits, mais il est probable que les jeunes auxquels ils se sont pris n’étaient pas impliqués dans l’embuscade initiale. Le scandale est énorme, les banlieues flambent. De Villepin est obligé de mettre en place l’état d’urgence, de mettre en prison les policiers incriminés ainsi que leur hiérarchie directe. La hiérarchie supérieure est mise en examen, N Sarkozy obligé de démissionner et de quitter le pays.

 

Les élections se déroulent dans un climat de tension extrême, les forces de police étant quotidiennement harcelées dans le banlieues et peinant à faire respecter un semblant de couvre feu. Les incidents graves se multiplient, avec des blessés très graves dans les deux camps. Plusieurs personnes sont tuées par des inconnus, chaque camp (extrême droite, extrême gauche ou dealers) étant soupçonné et accusé de vouloir pourrir la situation. Des manifestations citoyennes sont troublées par des bandes de délinquants. Un semblant d’ordre est cependant obtenu dans les quinze jours qui précédent le vote. .

Michèle Alliot Marie qui est devenue en catastrophe la candidate de l’UMP n’arrive pas à rassembler les votes de la droite qui se dispersent sur Bayrou et Corinne Lepage (qui fait 7% des voix).

Jean Marie Le Pen, largement en tête au premier tour, se voit confronté à Ségolène Royal. Celle-ci a accumulé quelques maladresses, soutenant notamment au départ la position des policiers et faisant plusieurs voltes faces ensuite. Surtout, la gauche se trouve profondément divisée, au point que l’extrême gauche jouant la politique du pire refuse de soutenir le PS, qu’elle accuse de complicité avec les forces de répression. Au contraire, certains lui reprochent de soutenir les émeutiers. Dans un climat de peur et de rumeurs incontrôlables, Le Pen l’emporte de peu au second tour. Il nomme Gollnisch premier ministre et prend quelques mesures symboliques qui radicalisent un peu plus les positions avant les législatives. Le front anti libéral et alter mondialiste obtient de n’avoir qu’un candidat par circonscription. La dispersion des voix favorise les extrêmes. Au final, le Front National a plus de 150 députés et la coalition d’extrême gauche autour du PC, de la LCR et de l’ancienne minorité du PS en obtient un peu moins de 100. Il n’y a aucune majorité possible, sauf à faire une « grande coalition » autour du PS et de l’UMP, à l’image d’une partie des reports qui se sont faits dans les urnes. Sur ces entrefaites, la maladie du président s’aggrave et il devient incapable de continuer son mandat. Il est remplacé par le président du Sénat, Christian Poncelet, à peine moins malade que lui.

A suivre

Publié dans Organisation de l'Etat

Commenter cet article

Serge 29/11/2006 10:43

C'est beau la politique fiction

Professeur Couillon 29/11/2006 02:56

Je ne sais pas si c''est à cause du ventilateur qui tourne pour refroidir mon unité centrale, mais là, j'ai comme un froid dans le dos.

Charles ANDRE 27/11/2006 12:40

John,ton lien ne fonctionne pas.

verel 26/11/2006 09:39

A Hughes: effectivement, j'avais vu ton article à l'époque
Il me semble que Le Pen n'a aucune chance d'être élu en conditions normales, alors que dans une situation exceptionnelle tout peut arriver
A adam S: oui, mais au moins 90% des français resteront sur place!

John 26/11/2006 00:46

A propos des élections, j'ai trouvé une analyse assez pertinente qui compare point par point ce que l'on sait déjà des programmes de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal.On peut y voir ce qui les rapproche et ce qui les différencie radicalement. C'est plutôt intéressant, ça se passe là : http://ulfablabla.free.fr/

Adam S. 25/11/2006 20:24

Pas de probleme, je fais mes valises et part a Bruxelles, ou Lisbonne.  L'exil s'est beaucoup démocratisé grace a l'Europe et la non résidence fiscale sera la bienvenue dans cette débacle.

Hugues 25/11/2006 15:58

Verel,Je t'écris du futur, où les choses se passent assez mal et j'ai dû ruser pas mal pour expédier ce mail depuis le bureau du gardien de mon centre de rééducation morale par le travail. Ton analyse est crédible, mais les choses ne se sont pas exactement déroulées comme tu le pressentait. Pour t'éclairer, je te propose de prendre connaissance de cette dépêche d'agence datée du lendemain du second tour de la présidentielle 2007 :http://hugues.blogs.com/commvat/2006/01/oops_i_did_it_a.htmlBonne chance,Hugues,Le 25 novembre 2015

TDB 25/11/2006 15:50

Avez-vous LU.

TDB 25/11/2006 15:49

Avez-vous Tsunami politique, ce livre un peu vulgaire, mais à la fois drôle et inquiétant si l\\\'on s\\\'y laisse prendre,  où Dominique Ambiel ( oui, le type chevaleresque...) envisage, comme une sorte de fatalité, le choix infernal de Marine Le Pen et de Besancenot au premier tour puis l\\\'élection du facteur ?

Verel 25/11/2006 14:24

J Chirac, peut être effectivement. Je pense qu'il fait l'objet d'un tel rejet, qu'il ferait encore moins que MAM, même en période difficile. J'ai pensé qu'institutionnellemnt il ne pouvait se présenter tout en faisant respecter l'état d'urgence mais à la vérité, je me demande si on peut tenir des élections pendant l'état d'urgence!