Polémique antiroyaliste

Publié le par verel

Plusieurs de mes blogs préférés commentent la visite de Ségolène Royal au Liban et de la polémique lancée par la droite à propos de l’attitude de la candidate face au Hezbollah. Si le sujet vous intéresse, allez lire Commentaires et Vaticinations, Versac, Authueil ou Radical chic, Koz ou même un swissroll qui d’en mêle,  car je ne les commenterais pas ici. Je signale simplement pour ceux qui en douteraient qu’ils n’ont pas tous le même avis.

Ceux de ses adversaires qui croient pouvoir dévaloriser la candidate socialiste en mettant l’accent sur ses bourdes ou son incompétence supposée se trompent sur les attentes des Français.

Il n’y a qu’à voir qui vont être les principaux candidats à la présidentielle.

L’UMP n’a choisi ni Alain Juppé, ni Jean Pierre Raffarin, ni Dominique de Villepin, le PS n’a pas choisi non plus Lionel Jospin ou Laurent Fabius. Aucun des anciens premiers ministres, aucun de ceux qui sont à priori les plus expérimentés n’a trouvé grâce auprès des militants. Si François (Bayrou) Ségolène (Royal) et Nicolas (Sarkozy) ont tous été ministres, ils n’ont pas brillé plus que d’autres dans cet exercice et ce n’est pas ce qu’ils essaient de nous vendre. Mme Royal, qui, on le sait, a bien étudié les sondages pour comprendre les attentes des Français, envisage un gouvernement ne comprenant aucun ancien ministre.

Au contraire, la candidate adopte un discours quasiment religieux, parlant d’ordre juste, de valeurs, de foi et de ferveur. Elle ne prétend pas encore guérir des écrouelles mais elle affirme déjà que son élection suscitera la confiance et donc le retour de la croissance. Le mot confiance n’est il pas de la même racine que foi ?

Le ministre de l’intérieur n’est pas en reste avec son concept de rupture tranquille dont on comprend au moins qu’il conduit à renvoyer J Chirac aux oubliettes, avec celui qui usa du concept de force tranquille.

Finalement, je crois que les français n’ayant plus confiance dans leur classe politique, ne sont pas prêts à juger les candidats sur leur compétence supposée. Ils ont envie de rêver, tout en ayant appris avec les deux derniers présidents que les rêves et les promesses peuvent vite être désenchantées.

Et pourtant, il est des gens qui ne sont pas convaincus : ces derniers jours j’ai revu deux anciennes collègues qui habitent toutes les deux dans la Vienne et qui ont une opinion fort négative de leur présidente de région. Elles basent leur jugement sur des faits très concrets. Et je suis sur que dans les Hauts de Seine ou le Béarn il y a aussi à raconter. Pour qu’on puisse choisir en toutes connaissances de cause.

Publié dans Politique

Commenter cet article

Erasme de Metz 11/12/2006 11:09

Ne négligeons pas le fait qu'un candidat n'est pas seul ... regardons par qui ils sont entourés (je ne parle pas des vedettes, mais de ceux qui bossent).

olivier 08/12/2006 07:45

D'accord avec vous, Etienne : Ségolène Royal a réussi à faire bouger les lignes sur une chose essentielle et qui concerne non seulement la sécurité d'Israel, mais aussi celle du monde Arabe et la nôtre. L'Iran a fait commettre assez d'attentats dans le monde pour que nous ne lui laissions pas l'accès au nucléaire.
Mme Royal a prouvé sa force de conviction (j'étais très opposé à elle pendant les primaires).

Etienne 07/12/2006 18:43

Cet article est intéressant car il pose une question fondamentale. Qu'attend-on d'un che d'Etat. Ayant eu comme professeur DSK l'an dernier, je lui avais posé cette question à la fin d'un cours. Il m'avait répondu qu'au XXe siècle, les gens attendaient comme Président le grand homme type de Gaulle. Au XXI, ils ont besoin de quelqu'un qui les rassure, et à qui ils peuvent s'identifier. Ségolène correspond à ses critères.
Par contre, elle n'a pas commis de bourdes, ou alors l'ambassadeur de France nommé par Chirac est un menteur. Sur le nucléaire iranién, elle défend une position courageuse.
http://ps-scpo.over-blog.com Blog du PS Sciences Po

olivier 06/12/2006 06:31

Là où tout de même on peut se poser des questions, c'est 'pourquoi les arguments ne portent plus?' et pour ma part je vois une raison :
l'état d'affolement dans lequel se trouve la population et qui vient d'un mélange d'incantation apocalyptique (la dette, le déclin...), d'indécision politique (marteler qu'on ne va pas privatiser, puis le faire, qu'on ne touche au principe des retraites par répartition et puis inciter à la capitalisation) et d'atteintes au socle politique national (laicité, services public, décentralisation).
Une population affolée, qui doute d'elle même, de son ressort collectif, ne pense pas la politique.
Pour ma part, et ceci s'adresse plus personnellement à Verel, je refuse de considérer que ce sont les autres qui ont manqué de courage ou de discernement. Je crois que la responsabilité est collective (comme le sursaut).

Adam S. 05/12/2006 22:48

Pourquoi ne ferait on pas un moratoire des commentaires jusqu'a fin Mars? Les candidats en sont actuellement à leur phase de rodage, non seulement il y aura du déchet, mais le produit final risque d'être très différent.  Bien sur si en Avril Sarkozy continue, à coté d'intuitions intéressantes à dire tout et son contraire et ne pas s'être dépêtré de l'image d'agité qu'on veux lui coller, si Royal en est encore à être a l'écoute du peuple et à énoncer des banalités en essayant de faire le moins de bêtises possibles, alors il est a craindre qu’un boulevard sera ouvert pour Le Pen.
 Il doit sûrement y avoir des choses plus intéressantes sur lesquelles s'étriper d'ici la non ?
 


 
 

Verel 05/12/2006 21:45

A Yogi: ceux qui lisent les blogs choisissent ceux qu'ils lisent: sans foréement être d'accord ni être influés par eux, ils ne sont pas dans une logique de diabolisation de ceux des blogs qu'ils lisentA Malakine: je pense en effet que les classes populaires comme la plupart des français d'ailleurs attendent des résultats. Maintenant, je ne ferais aucun pari ssur ce qui va se passer dans les prochains mois. Je pense cependant que le vote utile (pour éviter JM Le PEN au deuxième tour) sera massifA koz: je ne dis pas qu'il ne faut pas parler compétences, j'observes pour l'instant que cela n'a pas d'impactCe qui m'a frappé dans les commentaires de mes collègues, c'est le sentiment un peu diffus que le comportement de la dame comme présidente de région n'est pas conforme à l'image qu'elle donneA Hughes: je croyais qu'on prenait Versac comme candidat, et que cela devait rester secret, mais si tu veux y aller je te suis! Pour ce qui est des membres raisonnables de lieu commun, nous sommes bien d'accord sur la liste qu'on peut en faire, évidemment!Pour ce qui est des anciens ministres, peut être ais je mal compris et que cela ne concernait que le poste de premier ministre.

Hugues 05/12/2006 14:41

L'idéal serait évidemment que je me présente moi-même pour mettre tout le monde d'accord, mais j'hésite encore. Etre le 798e candidat, c'est pas enthousiasmant. Ceci dit, tu crois vraiment qu'elle ne veut plus aucun ancien ministre dans son gouvernement ? On pourrait lui proposer l'appui de lieu-commun (enfin, des membres raisonnables de lieu-commun, évidemment)...

koz 05/12/2006 14:09

Je suis d'accord pour penser que (i) la campagne interne au PS a démontré que la question de la compétence ne fonctionnait pas et (ii) qu'une élection présidentielle ne se fait pas, quoiqu'on en pense, sur la politique étrangère.Mais lorsque j'entends certaines de ses déclarations, je suis conforté dans mon sentiment qu'elle n'est pas à la hauteur. Devrais-je le taire parce que c'est supposé inefficace ?Lorsque j'entends aujourd'hui qu'après avoir demandé jeudi dernier, au Liban que cessent les survols israéliens au Liban, elle explique, maintenant qu'elle est en Israël, que ces survols sont justifiés par la sécurité d'Israël et qu'elle ne se positionnait que par rapport au "vécu" de la FINUL, je suis abasourdi.Non seulement elle se contredit, mais elle justifie des actions contraires au respect de l'espace aérien libanais, à la résolution de l'ONU, et qui menacent directement les soldats français. Lorsque des avions de chasse se mettent en piqué sur des positions françaises, c'est ce qu'elle appelle un problème de "vécu" ?Cette question de la compétence, dont il ne faudrait pas parler, ne serait-elle pas, en fin de compte, un "piège" ? Le problème n'est-il pas surtout la façon dont on en parle : entre s'en prendre à la personne, ou à ses positions, entre dire qu'elle est cruche, ou souligner le caractère inacceptable de certains de ses propos ?

david 05/12/2006 13:13

Certes depuis des décénies les politiciens n'ont pas réussi à élever la France au dessus de ces dettes, gagner de l'argent, rénover les banlieues, calmer l'atmosphère, raser les prisons et en reconstuire d'autres neuves, surtout celles connues de nom et trop ancienne de réputation.
Deuxièmement, si Ségolène Royale fait partie de la secte catholique et le revendique dans sa politique, elle n'est pas représentative de la France. Surtout que le texte des adeptes de la secte catholique est plus que douteux et ne présent rien de bon pour l'humanité, que de présenter qu'il y a une meilleure valeur à jeter quelqu'un au fond d'un lac avec une pierre autour du coup ou que les hommes ont les cheveux courts et les femmes les cheveux longs pour des raisons fantaisistes. Voilà les valeurs de cette secte.

olivier 05/12/2006 04:55

Je suis d'accord avec cette opinion courante mais perceptible : vis à vis de S. Royal, l'argument n'a pas de prise. On est sur un autre registre (et je suis content de lire que vous percevez la dimension religieuse du fait politique).
Mais j'ajoute que face à vous et certains de vos lecteurs j'ai eu aussi ce sentiment que l'argument intellectuel n'a pas forcément de prise, la discussion sur des bases argumentaires étant parfois sapée par une stratégie de disqualification préalable, parce que l'enjeu est ailleurs... et j'ai souvent pensé moi aussi qu'il était... religieux.
L'aversion, Verel, l'aversion...