Projection de l'emploi à l'horizon 2015

Publié le par verel

La DARES et le Centre d’analyse stratégique (qui a succédé au Commissariat au Plan) viennent de publier le rapport du groupe « prospective et qualifications » sur les métiers en 2015. Ce rapport fait suite au rapport Seibel qui faisait la même réflexion il y a 5 ans, mais à l’horizon 2010. Ce rapport est extrêmement riche et mérite une analyse fine. Je me contenterais pour l’instant de quelques observations majeures.

Le rapport Seibel faisait l’hypothèse d’une croissance de 2.9% par an dans son scénario moyen et de 2.4% dans une variante basse. La conséquence en était une prévision de taux de chômage à 6.7% en 2005 (8.4% dans la variante basse) qui s’est révélée très optimiste.

Le nouveau rapport est donc plus prudent, dans ses hypothèses, avec le choix d’une croissance de 2% et un emploi assez systématique du conditionnel dans la synthèse présentée au début du rapport. Il prévoit la création nette de 1.5 million d’emploi contre 2.8 million dans le rapport Seibel.  Il semble à la lecture qu’il y a eu débat au sein du groupe (ce qui est plutôt une bonne chose) et que les idées ont évolué avec le temps. Le rapport contient page 34 un encadré, intitulé « stabilisation de la population active, vieillissement et chômage : les apports de la littérature, » texte qui émet l’idée que la baisse de la population active, non seulement ne résout pas le chômage mais pourrait même l’augmenter. Ce texte est très conforme à la tribune que j’ai écrite avec Alexandre Delaigue, publiée par Le Monde le 10 novembre.

Autre satisfaction personnelle, les prévisions de départ des professeurs dans les 10 ans ne reprennent pas les fantasmes de départ de 50% des fonctionnaires dans les 10 ans. La proportion est de l’ordre de 30%.

S’il y incertitude sur les volumes globaux de création d’emploi, qui dépendront de la croissance réelle, les prévisions par métier sont en fait plus sûres. On comprendra en effet qu’une erreur de 3% sur le volume futur d’emploi est assez marginale sur l’évolution d’un emploi prévue en croissance de 30% ou en décroissance du même taux : les tendances fortes demeurent. Il faudra comparer ces tendances avec celles du rapport précèdent mais il ne semble pas à première vue y avoir de changement majeur. On a toujours une augmentation des métiers de cadres et de service à la personne et une diminution forte des métiers d’ouvriers non qualifiés.

La principale nouveauté est la mise en évidence de la grande différence d’évolution suivant les sexes. En effet, la plupart des familles professionnelles qui verront de fortes créations d’ »emploi sont peu mixtes. C’est le cas notamment des familles qui viennent en 1er , 4ème, 8ème et 9ème place, qui comptent respectivement  99, 91, 98 et 87 % de femmes, quand le  2ème, le 7ème et le 10ème en comptent respectivement 20, 11 et 23%.

Quand on croise ces constat avec les niveaux de qualification, on s’aperçoit que les deux métiers en développement les plus féminins (à 98% et 99%) sont des métiers peu qualifiés : assistantes maternelles, aides à domicile et employés de maison. Alors que les filles ont un taux de réussite au bac nettement supérieur à celui des garçons ! Le rapport Seibel montrait que le nombre d’emplois non qualifiés disponibles serait plus faible que celui des jeunes qui sortent sans qualification de l’Education Nationale, on découvre maintenant que ces emplois seront surtout féminins. Les garçons non qualifiés auront donc très peu de propositions d’emploi alors qu’on risque d’avoir de grandes difficultés de recrutement dans les métiers non qualifiés « féminins » ou des déqualifications de la part de certaines femmes. Le rapport explore les pistes de mobilité et d’évolution de la mixité. Ce sujet est évidemment à creuser !

A l’autre bout de l’échelle des qualifications, l’augmentation du nombre de cadres pourrait profiter aux femmes qui ne sont que 20% de cette catégorie. Mais la stagnation du nombre d’employés qualifiés pourrait désavantager les femmes de qualification intermédiaire.

Publié dans Social

Commenter cet article

FrédéricLN 15/01/2007 10:35

Très intéressant !
L'évolution du statut de l'homme jeune peu qualifié et/ou déclassé (p.ex. noir) me fait penser à "La misère du monde" de Bourdieu, où étaient rapportée l'évolution américaine sur le suet. On se rapprocherait de la place de l'homme du néolithique, garde du corps de la femme / mère / pourvoyeuse de ressources. Le motard de "Erin Brockovitch" ...