Jeux et enjeux

Publié le par verel

Je suis tombé sur un hors série de Sciences Humaines, concentré à un portrait de la société française en 2005

Un article consacré à la politique signale , dans un livre collectif sur la démobilisation politique  paru en 2005, une contribution de Jean Baptiste Legavre. Celui ci distingue ce qu'il appelle le "jeu" politique  (stratégies de conquête et positionnement des homes politiques) et les "enjeux" (les programmes et les politques publiques). Il constate que les médias s'intéressent plus aux premiers qu'aux seconds.

Une analyse sur le traitement des élections régionales de 2004 montre ainsi la proportion de l'espace consacré aux seuls jeux suivant les journaux:

77% pour Ouest France

88.6% pour le Monde

96.5 % pour Libération 

J'en tire trois remarques;

1) effectivement, les médias survalorisent les petits jeux par rapport au contenu. Arrets sur image le montrait ce dimanche (j'ai malheureusement loupé l'émission)

2) le positionnement régional de Ouest France explique sans doute son plus grand intérêt pour les programmes. Mais les chiffres indiquées ne traduisent ils pas aussi le fait que les exécutifs régionaux ont en réalité peu de pouvoirs. Et si tout simplement, il n'y avait réellement pas d'enjeux?

3) le positionnement des partis est de moins en moins clair; il devient de plus en plus en plus de le définir. Le vote du 29 mai a montré une fois de plus que les fractures essentielles traversaient les lignes droite / gauche et même se retrouvaient au sein des partis. Mais le choc Chirac Balladur, le vote de Maastricht ne l'avaient ils pas déjà montré? Et la contreverse Mitterand/ Rocard n'est elle pas en réalité durable?

 

Pour remobiliser les citoyens (pas seulement quelques militants), une restructuration des positionnements autour des réponses aux problèmes de demain n'est elle pas indispensable?

Publié dans Politique

Commenter cet article